« Comme deux gouttes de sang » de Nicolas NUTTEN

Informations :

Titre : comme deux gouttes de sang

Auteur : Nicolas Nutten

Éditeur : Les Nouveaux Auteurs

Nombre de pages : 463 pages

Format  et prix : broché 19.95 € / numérique 13.99 €

Date de publication : 6 janvier 2022

Genre : thriller

Résumé :

Par une nuit de Noël, l’horreur s’est invitée dans une famille heureuse de Norvège. Seule l’aînée survit au drame. Après une brève cavale, le tueur sanguinaire termine derrière les barreaux… Affaire classée.
Vingt-deux ans plus tard, à Paris, le commandant Sarda a sur les bras un cadavre réduit à l’état de squelette, découvert attaché dans la cave d’un manoir abandonné, une croix latine inversée gravée sur le crâne. Crime de secte, crime de sang ? Les esprits s’échauffent, les réseaux sociaux s’enflamment. Sarda doit élucider cette mystérieuse affaire au plus vite. Mais son enquête, complexe et minutieuse, va prendre un tour particulier. Car si deux gouttes d’eau peuvent être semblables, quels secrets deux gouttes de sang renferment-elles ?
Après des rebondissements étourdissants, le dénouement de ce thriller est à couper le souffle.

Mon avis :

L’ultime phrase du résumé a fait son petit effet…Je me suis délectée durant toute ma lecture, attendant avec avidité le dénouement qui allait me scotcher sur place. Mais je me méfie toujours de ces phrases d’accroche visant à attirer le chaland.

Le prologue nous emmène en Norvège en 1997. Il a suscité mon attention, une foule de questions sans réponses sont venues à mon esprit. J’avais hâte de continuer ma lecture, j’étais harponnée, ça, c’était fait !

La suite se déroule à Paris, en 2019. Une bande de copains adepte d’URBEX se rend dans un vieux manoir abandonné depuis des lustres. Le danger, avec cette pratique d’exploration urbaine de vieux sites désaffectés, c’est de faire de mauvaises rencontres. Ici, en l’occurrence, ils vont croiser la route d’un corps décomposé, croupissant dans la cave du manoir, ficelé avec du fil de fer barbelé. Absolument charmant ! Raphaël Sarda, commandant de police, sera chargé de l’enquête. Nicolas me laisse sur ma faim, et me voilà dans l’Hérault, où Johanna, traductrice, file le parfait amour avec Aymeric, son compagnon, architecte. Cette vie-là est bien trop calme pour être honnête, surtout dans un thriller ! Pas manqué, Johanna disparaît. Romane Delmiez, lieutenant de gendarmerie, est mise sur le coup. Je dévore les pages, avide de connaître le lien entre ces deux récits totalement distincts au départ.

Tous les codes du thriller sont rassemblés, et, ajoutés à la plume de Nicolas, addictive, riche et travaillée, il en résulte un véritable page turner impossible à poser. Méfiez-vous ! Cette lecture s’insinue dans chaque neurone, mettant en marche les rouages de votre cerveau, pour analyser le moindre petit détail, déduire, extrapoler, tenter de comprendre. Et je vous mets au défi de deviner la fin !

« Sitôt la porte refermée, les ténèbres se réapproprièrent les lieux et le crépitement de la pluie qui tapotait les vitres de ses doigts glacés emplit l’appartement d’une mélopée sinistre. »

Les personnages sont nombreux et bien creusés. Le récit est parsemé d’anecdotes sur leur quotidien, leur vie, leur passé. Cela permet au lecteur de ressentir de l’empathie, de s’attacher à eux. Nos enquêteurs ne sont pas que des machines formatées uniquement pour trouver des meurtriers. Ils ont une vie personnelle, et le lecteur peut facilement s’identifier à eux. J’ai aimé le fait qu’il y ait deux équipes, l’une de police, l’autre de gendarmerie, l’une dirigée par un homme et l’autre par une femme. Le parallèle était intéressant.

L’atmosphère se révèle particulière, j’ai eu l’impression de tenir une grenade dégoupillée entre les mains, et j’attendais qu’elle me saute à la tronche. Et c’est ce qui s’est passé dans le dernier quart. Je n’avais rien vu venir. Les rebondissements nous frappent, les indices nous titillent, les gouttes de sang nous guident sur la route du mystère et multiplient les fausses pistes. L’intrigue est riche et extrêmement bien construite, tout s’emboîte parfaitement. Les chapitres courts donnent le rythme. L’alternance entre les deux enquêtes également. Et à partir du moment où les deux se fondent et se diluent l’une dans l’autre, le coup d’accélérateur est donné et le lecteur reçoit son coup de grâce.

Vous l’aurez compris, ce thriller est à découvrir sans attendre. Je vous le recommande chaudement.

« La candeur de l’enfance permettait de retenir en priorité les événements positifs, aussi insignifiants soient-ils, et de balayer tout le reste. Pour quelle raison étrange cette formidable capacité s’évanouissait à l’âge adulte ? »

Je remercie les Éditions Les Nouveaux Auteurs et Nicolas pour cette lecture.

#NicolasNutten   #commedeuxgouttesdesang   #LesNouveauxAuteurs

comme deux gouttes de sang3438269782440719034.

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé.

Auteur connu : « Comme deux gouttes de sang » est le second roman de Nicolas. Je le découvre ici et je suis agréablement surprise par sa plume et son talent. J’attends le troisième !!

Émotions ressenties lors de la lecture : énormément d’émotions relatives à la peur et à la surprise. La palette s’est révélée large et « secouante ». Que du bonheur quoi !!

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la plume ! La maîtrise d’écriture, l’intrigue, les personnages, la fin.

3 réflexions sur “« Comme deux gouttes de sang » de Nicolas NUTTEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s