Interview de Nicolas NUTTEN

Présentation de l’auteur

Nicolas Nutten vit dans l’Hérault et travaille dans l’informatique. Passionné de thrillers, policiers et romans noirs, il a publié son premier roman, « Disparition », aux Nouveaux auteurs, couronné par le Prix du Suspense psychologique 2020, présidé par Bernard Minier. « Comme deux gouttes de sang » est son deuxième roman.

Bibliographie

Comme deux gouttes de sang par Nutten

Disparition par Nutten

Je remercie Nicolas d’avoir accepté cette interview.

Pour commencer, racontez-nous votre parcours avant de devenir auteur.

L’écriture, c’est assez récent pour moi. En revanche, j’ai toujours eu l’envie de créer et d’essayer différentes choses. Lorsque j’étais au lycée, je passais des heures à jouer de la guitare et à massacrer mes morceaux préférés, puis je suis passé au dessin pendant plusieurs années. Je dessinais principalement des planches de BD dans lesquelles je croquais mes profs de fac et mes camarades de promo. Ensuite je me suis essayé à la photo, notamment les photos de nuit. Et, pour finir, quelques années plus tard, je me suis mis à écrire.

Avez-vous des manies lorsque vous écrivez ? Un rituel d’écriture ?

Pendant l’écriture, je ne crois pas avoir de manies particulières. En revanche, après, je me relis souvent à voix haute pour couper ou corriger ce qui ne me convient pas. Pour ce qui est d’un rituel d’écriture, je n’en ai pas. Entre ma famille et mon travail, je case les moments d’écriture où je peux, donc j’ai du mal à mettre une routine en place et à m’y tenir.

« Comme deux gouttes de sang » est votre deuxième ouvrage. Combien de temps vous a-t-il fallu pour mener à bien ce projet de roman ?

De ma toute première note au point final, il m’a fallu quinze mois pour venir à bout de cette histoire.

Quelles ont été les difficultés rencontrées lors de l’écriture de ce roman ?

Contrairement à mon premier roman, Disparition, où avant de me lancer dans l’écriture j’avais une structure très précise de mon histoire, pour Comme deux gouttes de sang, je me suis octroyé plus de liberté. Et parfois, cela m’a forcé à supprimer des chapitres entiers parce qu’ils ne collaient plus à ce que je voulais. Sur le moment c’est un peu frustrant, mais, avec du recul, l’exercice n’était pas inintéressant.

Côté personnages, où avez-vous trouvé l’inspiration pour les façonner avec tant de détails ? Je note qu’Aymeric est architecte, comme vous. Avez-vous mis un peu de vous dans ce personnage où est-ce purement le hasard ?

Si mes personnages sont purement fictifs, il m’arrive de leur ajouter un ou deux traits de caractères et/ou physiques de personnes réelles, et, il n’est pas impossible qu’il y ait effectivement un peu de moi dans certains personnages 😉. Pour le reste, j’ai essayé de les façonner avec leur lot de faiblesses et de défauts, comme nous en avons tous. Personne n’est parfait, c’est même, je pense, ce qui nous caractérise en tant qu’être humain.

Si Aymeric est architecte en bâtiment, moi je suis architecte logiciel. Si les dénominations sont proches, les métiers, eux, n’ont rien en commun. Mais bien vu 😉

Niveau construction, aviez-vous déjà la fin en tête dès le début, où cela est-il venu au fur et à mesure de l’écriture ?

À peu de choses près, oui j’avais la fin en tête avant de me lancer. Il a « juste » fallu trouver comment arriver exactement là où je voulais au bout de 400 pages 😉.

Avez-vous des projets sur le feu ?

Oui, j’ai attaqué l’écriture de mon troisième roman.

Quelques questions plus légères pour mieux vous connaître :

Un auteur (mort ou vivant) que vous souhaiteriez rencontrer ?

 Franck Thilliez, car c’est un des auteurs qui m’a donné envie de me mettre à écrire. Il parvient toujours à trouver des intrigues incroyables et cela fonctionne à chaque fois.

Le livre que vous offririez à un parfait inconnu ?

« L’homme qui voulait vivre sa vie » de Douglas Kennedy. 

Votre dernier coup de cœur littéraire ?

« Vert Samba » de Charles Aubert. Il se dégage de ce livre une poésie et une sorte de mélancolie qui me touche tout particulièrement.

Si vous deviez vous réincarner dans l’un de vos  personnages, ça serait lequel et pourquoi ?

Raphaël Sarda, parce que même si nous sommes différents, il y a des facettes de sa personnalité qui me parlent forcément.

Votre recette de cuisine pour écrire :

Du calme et en musique de fond des bandes originales de films ou de séries, mais sans paroles. Ensuite, de l’imagination et surtout, surtout de la persévérance.

Le mot de la fin est pour vous :

Je vais même m’octroyer le droit d’en dire trois : Un grand merci 😉

Je remercie de nouveau Nicolas pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Je vous propose de découvrir ma chronique de « Comme deux gouttes de sang« .

Une réflexion sur “Interview de Nicolas NUTTEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s