« Respirer le noir » – Collectif sous la direction d’Yvan Fauth

sonia boulimique des livres

Titre : Respirer le noir

Auteur : collectif – sous la direction d’Yvan Fauth

Barbara Abel, Franck Bouysse, Hervé Commère, Adeline Dieudonné, François-Xavier Dillard, Chrystel Duchamp, R. J. Ellory, Karine Giebel, Vincent Hauuy, Sophie Loubière, Jérôme Loubry, Dominique Maisons et Mo Malø.

Éditeur : Belfond

Nombre de pages : 304 pages

Format  et prix : broché 21 € / numérique 12.99 €

Date de publication : 5 mai 2022

Genre : recueil de nouvelles

blog littéraire

L’angoisse à pleins poumons…

Barbara Abel, Franck Bouysse, Hervé Commère, Adeline Dieudonné, François-Xavier Dillard, Chrystel Duchamp, R. J. Ellory, Karine Giebel, Vincent Hauuy, Sophie Loubière, Jérôme Loubry, Dominique Maisons et Mo Malø. Ces auteurs prestigieux, maîtres incontestés du frisson, nous entraînent dans une exploration sensorielle inédite autour de l’odorat.

Douze nouvelles originales, singulières et surprenantes, pour autant de voyages olfactifs à la découverte de mondes connus ou futuristes, de personnages terrifiants ou terriblement humains ; douze expériences sensorielles qui vous marqueront durablement de leur effluve.

Retenez votre souffle et laissez vos sens vous guider dans le noir.

chroniques littéraires

Voilà le quatrième volet de « l’expérience noire », comme j’aime appeler ces recueils de nouvelles qu’Yvan nous propose chaque année. L’ouïe, la vue, le toucher ( cliquez sur chaque sens pour découvrir la chronique correspondante au recueil)...voilà l’odorat, autour duquel nos auteurs de thriller vont devoir tourner pour nous proposer frissons et angoisse.

Je suis bluffée par l’idée de génie de réaliser ces ouvrages mettant en scène nos sens. Cela permet, d’une part, de passer un excellent moment de lecture, mais également de découvrir des auteurs de polar, la crème de la crème, qui nous concoctent toujours des récits fabuleux.  

L’odorat, thème difficile, vous en conviendrez ! Alors, oui, la mort pue, elle schlingue, fétide et sournoise, mais encore ? Quoi dire ? Comment appréhender cette odeur sans tomber dans le cliché et la redondance ? Eh bien, plongez dans « Respirer le noir » et vous partirez pour une aventure sensorielle hors du commun. Bon, prenez une bonne inspiration d’air frais au préalable, conseil d’ami…

Je vous parle en détail des nouvelles qui m’ont le plus plu :

  • « Cristal qui sent » de Mo Malø

Mo nous embarque dans l’inlandsis (ne me dites pas que cela vous étonne😀 !) où une expédition part sur les traces de Rasmus Villmussen, dernier compagnon de voyage de Wegener. Ce dernier n’est jamais revenu de sa mission au Groenland en 1930. Il devait évaluer l’épaisseur de la calotte glaciaire. Passionnant et…déroutant…ce que l’expédition va trouver dépasse l’imagination ! 

  • « Le monde d’après » d’Hervé Commère

Sur fond de confinement, d’exode des parisiens à la campagne, avides de respirer le bon air vert. Un narrateur pris dans un engrenage, quand le monde d’après n’est pas celui auquel on croit. Bien joué Hervé !

  • « L’amour à mort » de Chrystel Duchamp

Tiens, le personnage principal s’appelle Sonia…Oups…Cela fait bizarre ! Tout commence avec la rencontre de Sonia et de notre narrateur. Amour exclusif, passion, fusion, âme sœur, tout roule ! Sauf que six ans plus tard, Sonia n’est plus heureuse… »Paradis », « purgatoire », « enfer »…les titres des mini chapitres de cette nouvelle donnent le ton. Accrochez-vous, préparez les huiles essentielles, le vicks appliqué sous les narines, Chrystel va vous montrer ce que respirer le noir signifie pour elle. Et le résultat est époustouflant !

  • « Deux heures et trente minutes » de Dominique Maisons

J’ai lu « Respirer le noir » durant les élections présidentielles. J’étais pile dans l’ambiance pour découvrir le récit de Dominique, qui se passe justement à l’Elysée, avec un employé retrouvé mort dans le bâtiment. Son décès, suspect, interroge. Et si quelqu’un en voulait à la vue du Président ? Le compte à rebours est lancé….Amusant ! 

  • « Petit nouveau » de Barbara Abel et Karine Giebel

Là aussi, nos deux reines du thriller s’appuient sur l’actualité en nous proposant une nouvelle qui fait froid dans le dos ! Les russes et leur propension à utiliser le poison pour éliminer les personnes gênantes sont un terrain de jeu idéal pour nous donner des sueurs froides. 

« Aujourd’hui, reclus dans cette maison sans jardin et sans vue, perdue au cœur d’une ville austère du nord de la France, Vassili laisse passer les jours, dans la discrétion et le silence. Dans la crainte et le soupçon. Car la trahison a un prix. »

 

Écrire une nouvelle est loin d’être simple. Il faut pouvoir accrocher le lecteur, lui donner suffisamment de matière pour le faire frémir et vivre, s’attacher (un minimum) aux personnages, et puis le trucider avec une fin à la hauteur des attentes. Je dirai que c’est dans cet exercice que l’on voit la qualité imaginative et le talent de plume d’un auteur. 

Des idées diaboliques, inattendues, variées, mais toutes bourrées d’humanité, le pari est réussi. Les auteurs ont de l’or au bout du clavier, c’est indéniable. Je suis ressortie de cette lecture enchantée.

L’odeur ne passe pas par le livre, mais je peux vous assurer que les mots employés sont suffisamment explicites pour partager ce remugle vicié comme si on y était ! J’attends le recueil sur le sens manquant avec une impatience et une avidité mal contenue !

Quelques florilèges de citations juteuses, histoire d’exciter votre odorat 😀:

« Et l’odeur infâme que je dégageais était celle de la viande avariée, de la chair en putréfaction. « 

« Ce dont Andersen se souvenait plus que tout, c’était de l’odeur du sang. Elle était unique, ne ressemblait à rien d’autre. Épaisse et écœurante, elle lui avait empli les narines et lui avait longtemps laissé un gout de poussière cuivrée au fond de la gorge. »

« – Votre frère répète sans cesse qu’il veut rester dans le cimetière parce que ici, il n’y a que des morts et que les morts n’ont pas d’odeur…A votre place, je contacterais les urgences psychiatriques. »

« Ma peau exsude une odeur de poisson pourri. Allez avoir une vie sociale dans ces conditions, vous faire des amis. »

Vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement de vous procurer « Respirer le noir » et de plonger à votre tour dans l’aventure.

Je remercie les Éditions Belfond et NetGalley pour cette lecture.

#Respirerlenoir #NetGalleyFrance #Belfond

respirer le noir7206493710780197200.

 

signature_4

 

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : j’attendais ce nouveau recueil avec impatience. 

Auteurs connus :  j’ai découvert plusieurs plumes d’auteurs que je connais de vue mais que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire. 

Émotions ressenties lors de la lecture : angoisse, peur, curiosité, et une bonne dose de dégoût ! J’ai froncé le nez à plusieurs reprises. 

Ce que j’ai moins aimé : que fait cette question ici ? 

Les plus : le format, le thème, l’imagination retorse des auteurs.

7 réflexions sur “« Respirer le noir » – Collectif sous la direction d’Yvan Fauth

  1. Ben dit donc à chaque fois que je lis des commentaires, je suis bleufée par ta façon d’écrire. Qu’est-ce que tu attends pour te lancer dans l’aventure d’écrire quelque chose. Dommage que je n’aime pas les thriller, je préfère les policiers. J’ai peur de faire des cauchemars. Mais bon peut-être qu’un jour grâce à toi je me lancerai. Merci de m’en faire connaître, mais pas des trop bards. Bises ma douce👏😘💕

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s