« La fille qui n’aimait pas Noël » de Zoé BRISBY

 

sonia boulimique des livres

Titre : La fille qui n’aimait pas Noël

Auteur : Zoé Brisby

Éditeur : Michel Lafon

Nombre de pages : 336 pages

Formats et prix : broché 18.95 € / numérique 5.99 €

Date de publication : 13 octobre 2022

Genre : romance de Noël

 

blog littéraire

Arnac-la-Poste. Haute-Vienne. 900 habitants. Capitale mondiale de Noël. Mais derrière ses décorations fastueuses, son concours de chocolat chaud et son célèbre marathon de Noël se cache un mystérieux écrivain. Ben travaille dans une grande maison d’édition mais il est cantonné à la rédaction des lettres de refus, jusqu’au jour où il découvre le manuscrit qui pourrait révolutionner la littérature.
Arrivé au village, rien ne se passe comme prévu. L’écrivain propose à Ben un drôle de marché : redonner le sourire à Laly, sa fille, en échange de la signature du contrat d’édition. Entre sa timidité maladive et sa phobie de Noël, Ben parviendra-t-il à remplir sa mission ?

chroniques littéraires

Ben, notre narrateur, rêve de devenir éditeur. Pour le moment, il travaille aux Éditions Delamare, où il s’occupe des photocopies, du café et des lettres de refus. Pas mirobolant, mais au moins, il a un pied à l’étrier et espère gravir les échelons. D’ailleurs, il pense avoir trouvé une idée !! Dans la pile des manuscrits refusés, il en choisi toujours un à lire durant son week end. Et là, il vient de dénicher le futur Goncourt. « La réconciliation » est une véritable pépite.

Shanti, la directrice éditoriale, carbure à la vapoteuse saveur pop-corn et n’est pas spécialement avenante. Ben va réussir à la convaincre de le laisser se rendre dans le village de l’auteur de « La réconciliation » et de revenir avec un contrat signé.

« Il y a des jours qui changent une vie. Des moments qui marquent un tournant dans notre existence. Ces petits riens qui, mis bout à bout, finissent par devenir quelque chose d’énorme. »

Vous vous doutez bien que les choses ne seront pas simples pour Ben. Le voilà qui débarque à Arnac-la-Poste (ne riez pas, ce village existe vraiment en Haute-Vienne). Comment appelle-t-on les habitants d’Arnac-la-Poste ? Les arnaqueurs ? Imaginez le discours du Maire qui commence par « Arnaqueurs, Arnaqueuses,… ». Ledit maire qui répond au doux nom de Robert Courrier, on ne peut pas l’inventer….Robert est également taxi, épicier et responsable du centre esthétique. Multitâches, quoi….Et ce qui est sûr, c’est que ce village est le parfait ambassadeur des fêtes de Noël. Décorations à gogo, nombreuses festivités autour du thème de Noël, pour Ben, c’est un cauchemar. Ah oui, j’ai oublié de vous dire : il déteste Noël.

« Qui pouvait bien vivre dans un tel environnement ? Un lutin ? Mon écrivain avait dû de tromper en notant son adresse. Il n’habitait pas Arnac-la-Poste. J’aurais peut-être dû me rendre à Nique-la-Police, finalement. »

Nicolas, l’auteur de « La réconciliation », et Père Noël officiel du village, propose un marché à Ben : il signera le contrat d’édition à la condition que Ben réussisse à redonner l’esprit de Noël à sa fille, Laly, qui vient tout juste de divorcer. Laly traverse une grave crise existentielle. Ben va devoir revoir son plan, et surtout, rester plusieurs jours à Arnac-la-Poste. Le jeune homme, désœuvré, s’installe à la maison d’hôtes du village, et se voit contraint de participer au Marathon de Noël avec Laly.

Ce roman est une succession de situations toutes les plus cocasses les unes que les autres. C’est une plongée dans le monde merveilleux de Noël. Si vous me connaissez, vous savez que je n’aime pas spécialement les fêtes de Noël. Je me suis donc totalement retrouvée dans Ben, entre allergiques, on se comprend ! Et comme lui, je me suis prise au jeu. La plume de Zoé est agréable, fluide, drôle, un brin sarcastique. Les chapitres courts se boulottent rapidement, une tasse de chocolat chaud à la main. Le récit est bien mené, rythmé, les personnages sont très attachants. D’autant que Zoé n’hésite pas à proposer des clins d’œil à ses précédents romans, et j’adore !

J’aime la faculté de Zoé de nous brosser des personnages hauts en couleur, qui sont à la fois farfelus, décalés mais également que l’on pourrait très bien croiser au détour d’une rue et auxquels on peut s’identifier facilement, en définitive. Ils sont tous plus ou moins fracassés par la vie, ce qui les rend proches de nous. Mention spéciale à Phinéas, le geek de l’entreprise, que j’ai adoré.

Cette lecture est l’occasion d’apprendre des choses totalement folles. Par exemple, Angelica, la propriétaire de la maison d’hôtes, possède un animal de compagnie qui s’appelle un « cuy ». Ça se prononce « kouwi » et ça vient du quechua. En gros, c’est un cochon d’Inde géant. 50 centimètres sous la toise et 3 kg de muscles et de gras….Je dis ça car en Amérique du Sud, on en apprécie sa viande…

Le monde de l’édition n’aura (presque) plus de secrets pour nous. L’envers du décor est intéressant à découvrir, même si les Éditions Delamare font plus peur qu’autre chose lol !

« La fille qui n’aimait pas Noël » est un récit drôle, chaleureux et émouvant, où l’esprit de Noël tient la place centrale, mais où se côtoient également la famille, les rêves, la passion et l’amour. Nous sommes dans une romance, ne l’oublions pas. Entre la féerie de Noël et l’histoire d’amour qui pointe son nez et se développe au fil des pages, le lecteur se laisse envahir par un sentiment de bien-être. On savoure cette lecture, une parfaite lecture doudou comme je les appelle. Celles où on oublie tout, où on ne réfléchit plus, où la détente est au rendez-vous. Et lorsqu’en plus, le rire est présent quasiment à chaque chapitre, que demander de plus ?

Alors oui, l’histoire est prévisible, nul besoin d’appeler Madame Soleil pour savoir de qu’il va se passer, mais quelquefois, cette prévisibilité a du bon. On sait à quoi s’attendre dès le début et c’est justement ce que l’on cherche.

J’ai même eu envie de me rendre à Arnac-la-Poste, histoire de vérifier si leurs décorations de Noël sont aussi belles en vrai que dans le roman.

Une lecture dans le thème de Noël, pour vous faire passer un moment agréable. C’est ce que vous recherchez en ce moment ? Alors, ne vous privez pas d’un petit détour par Arnac-la-Poste, vous ne le regretterez pas.

« Un Père Noël maître-chanteur, sa fille bûcheronne dépressive, une hôtesse mystique, un cochon d’Inde géant et maintenant un hacker. Noël s’annonçait vraiment de tout repos ! »

#LafillequinaimaitpasNoël    #ZoéBrisby    #MichelLafon  #arnaclaposte

20221218_113816-017264799443239771584

signature_4

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : j’ai assisté à une conférence avec Zoé à la fête du livre de Saint-Étienne en octobre dernier et elle m’a donné envie de découvrir son roman. Rien que le nom du village, non mais sans blague, le ton est donné !

Auteur connu : j’ai lu « Plus on est de fous… » et j’avais adoré. J’ai rencontré Zoé l’an dernier et cette année. J’apprécie beaucoup cette auteure, aussi bien dans ses écrits que dans sa disponibilité envers ses lecteurs.

avec Zoé Brisby-min

Émotions ressenties lors de la lecture : que des émotions positives qui reboostent le moral !

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : l’ambiance, les personnages, les messages véhiculés, la plume, la fin. 

Si je suis une âme sensible : pas de soucis.

signature_2

3 réflexions sur “« La fille qui n’aimait pas Noël » de Zoé BRISBY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s