« A la frontière » de Cendrine BERTANI

Informations :

Titre : A la frontière

Auteur : Cendrine Bertani

Editeur : Ex-aequo

Nombre de pages : 160 pages

Format  et prix : broché  14 € / numérique  3.99 €

Date de publication : 4 juillet 2018

Genre : recueil de nouvelles

Résumé :

Suivez le guide. Je vous invite à parcourir les contrées américaines. Oh, ce n’est pas un voyage classique. Nous allons sortir des sentiers battus, explorer les bas-fonds, aborder des sujets épineux. L’Amérique veut nous montrer des sites majeurs, reflet de sa réussite. Votre guide, lui, aborde tous les thèmes. Je vous présente d’autres paysages. Des lieux de crime. Des scènes où des attentats ont été commis.
Ne vous méprenez pas. Vous ne risquez rien. Vous êtes prévenus. Si vous vouliez contempler les chutes du Niagara, ou le Grand Canyon, il faut changer de file. Mon collègue propose ce style de circuit, moins aventureux. Vous êtes restés ? C’est que vous avez bon goût. Enfin, vous avez le goût du risque, j’entends. Je vous souhaite d’échapper aux cinglés dont le cerveau est lessivé par les drogues, aux machos qui ont reçu une éducation ultra-nationaliste, aux prédateurs qui ne sont pas tous des bêtes, et même aux esprits vengeurs.
Cette société corrompue par nos déviances et notre volonté de maîtriser le monde, c’est évidemment la nôtre. Celle de demain, si nous ne réagissons pas maintenant. Alors ouvrez les yeux. Tenez à distance les alligators, ne prenez personne en auto-stop, ne laissez pas vos enfants chercher dans les substances illicites un paradis artificiel. Défendez vos valeurs, et non vos intérêts. Sinon les spectres de vos ancêtres reviendront vous hanter.
Rassurez-vous. J’ai de l’humour. On va se marrer.

Mon avis :

Voilà un recueil de nouvelles qui ne laisse pas le lecteur insensible ! Les thèmes choisis pour chacune d’elles sont plus terrifiants les uns que les autres. L’écriture est pleine de subtilité et de richesse. C’est noir et totalement hors de contrôle.  L’auteur s’est lâché, c’est le moins que l’on puisse dire. et ça matche ! L’ambiance est extrêmement particulière, Cendrine joue avec la réalité et les apparences.

Je ne vous ai pas dit ? Attention ! Il y a un effet kiss cool sur les dernières lignes de chaque nouvelle qui chamboule tout et amène le lecteur à appréhender le récit dans un sens radicalement opposé. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises, croyez-moi. Pourtant, je ne suis pas fan des nouvelles. Mais celles-ci retournent le cerveau bien comme il faut et amènent à une intense réflexion de la part du lecteur.

J’ai été horrifiée par certains textes, d’autres m’ont touchées, certains m’ont scotchées.

La première nouvelle « On the road », ouvre le bal et nous met dans l’ambiance sans fioriture. Le couple, la drogue, la violence conjugale, et une chute terrifiante, le ton est donné. On savait dès le prologue que ce n’allait pas être un parcours de santé, mais tout de même !!!

« Children of anarchy » est la plus longue de ces nouvelles. Elle a été coupée en plusieurs morceaux et posées ici et là entre deux autres récits, et j’ai aimé cette présentation, car cela a permis de couper le rythme monotone que l’on rencontre toujours dans les recueils de nouvelles.

« Auto stop » m’a glacée le sang. Ou comment prendre innocemment une mère de famille et son bébé en auto-stop et comment cela peut autant partir en cacahuète. L’imagination de l’auteur est débordante, mais surtout c’est une grande malade !! Ce n’est pas une critique mais plutôt un ENORME compliment ! En quelques pages elle m’a mise KO debout.

Le sujet traité dans « Mea Culpa » est douloureux. Celui d’une mère à la suite de la disparition de son fils. A t-il-fugué, a-t-il été enlevé, est-il vivant, mort ? Comment continuer à vivre avec ça ? Et plus les phrases défilent, plus le vernis craque, et plus le lecteur se rend compte que….chut, aucun spoil, mais une fois le dernier mot lu, je vous jure que vous allez vous dire « Oh la vache ! ».

Soufflons un peu avec une jolie pointe d’humour dans « En coulisse du show ». Cela va nous permettre de nous remettre les idées en place.

A la frontiere

Ma nouvelle préférée, celle qui m’a fait trembler, m’a donné des sueurs froides et une furieuse envie de me gratter partout, c’est « Personne ne devrait affronter « ça » seul ». Des patients victimes d’un étrange mal débarquent aux urgences et tombent comme des mouches. Luka, urgentiste, va tenter de découvrir ce qui se passe. Il n’y a pas photo, un récit qui se déroule dans le milieu médical, j’adore. Je me suis régalée, et la chute, de nouveau, totalement géniale.

Un dernier petit tour dans le fantastique et dans le Londres de 1891. La rencontre avec Jack l’Eventreur dans « Jack and Jim » vous fera passer l’envie de consommer de la drogue, croyez-moi !

Le voyage se termine, déjà, serais-je tentée de dire. Je ne peux que vous conseiller ce livre, je vous assure que vous ne pouvez pas être déçus ! Je remercie l’auteur pour sa confiance, et surtout, pour m’avoir réconciliée avec les nouvelles !

Une réflexion sur “« A la frontière » de Cendrine BERTANI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s