« Destins interdits » de Nathalie THOMAS-VERNEY

Informations :

Titre : destins interdits

Auteur : Nathalie Thomas-Vernay

Editeur : Le lys bleu

Nombre de pages : 496 pages

Format  et prix : broché  25 €

Date de publication : 25 avril 2019

Genre : littérature générale

Résumé :

Julian a seize ans. Jeune délinquant et ancien toxicomane, il habite un vieux mobil-home vétuste avec sa mère et sa petite sœur. Très vite déscolarisé, il gagne cependant beaucoup d’argent en faisant des combats de boxe, la nuit dans les sous-sols des immeubles des cités. Julian n’a qu’une passion : le muy thai, ou boxe thaïlandaise, où il excelle, mais il n’a pas de rêves, pas de projets, pas d’avenir.

Kentin a seize ans. Adolescent brillant, dont la beauté n’a d’égale que l’intelligence, il est le fils unique d’Alexandre Dumont de Givry, dix-neuvième comte de Givry, et habite le château de ses illustres ancêtres. Kentin a un rêve secret : devenir créateur de parfums, ce qui n’est pas du goût de son père.

Julian et Kentin vivent à quelques centaines de mètres l’un de l’autre, mais ils ignorent totalement leurs existences.

Une relation ambigüe qui commence par un viol, et un pardon qui mènera le jeune Julian aux portes de l’enfer. Deux existences qui n’auraient jamais dû se croiser ; deux mondes qui n’auraient jamais dû se rencontrer ; une passion qui n’aurait jamais dû voir le jour ; deux destins qui n’auraient jamais dû s’unir : deux destins interdits.

 

Mon avis :

Il y a des auteurs qui ont de l’or au bout du clavier. J’ai une liste assez restreinte d’auteurs avec qui je sais d’avance que je vais passer un excellent moment de lecture. Et Nathalie est entrée dans ce cercle très fermé. Deux romans lus de cette auteur, deux coups de cœur. Du quasi jamais vu.

« Destins interdits », c’est un roman mettant en scène des sujets à la fois durs mais également d’autres beaucoup plus légers. La trame que nous propose Nathalie paraît assez simple : deux adolescents de deux catégories sociales totalement différentes se rencontrent et une belle amitié va naître. Pourtant, c’est tout sauf une histoire simple, car énormément de paramètres et d’enjeux vont se mélanger, pour le plus grand bonheur du lecteur.

Kentin, 16 ans, comte de Givry, le descendant de Rose, que nous avions rencontrée lors du « dernier chant du rossignol » (j’ai adoré le clin d’œil) et Julian, qui vit dans un mobil home délabré avec sa mère et sa sœur, vont se rencontrer, pour le pire et pour le meilleur.

Nous entrons dans deux mondes, où les règles les régissants sont différentes mais où le combat pour la vie reste identique. Les émotions m’ont submergées, j’ai lu ce roman en 3 jours, parce que j’étais en vacances seule avec ma fille, il fallait donc bien que je m’en occupe, lol. Mais à peine posé, je n’avais qu’une hâte : le retrouver, dévorer les pages, vite pour savoir, mais aussi doucement, pour faire durer le plaisir.

Les personnages secondaires sont suffisamment fouillés pour que l’on puisse les imaginer, les comprendre, les aimer ou les détester. Que ce soit Anastasia, la bande à Julian ou encore le personnel du château, tous ont leur place et leur rôle à jouer.

L’histoire est forte, elle malmène le lecteur, elle est à la fois terrible et extrêmement belle. L’écriture est fine, fluide, apaisante, douce. Mais elle sait être poignante s’il le faut. Une scène m’a arraché des larmes.

Les thèmes sont nombreux, j’ai adoré à la fois les descriptions de combats de muay thaï comme celles du monde inconnu pour moi de la parfumerie. Ces immersions dans les univers de Julian et Kentin son passionnantes. Quant aux références musicales, c’est avec un plaisir mal contenu que j’écoutais les titres proposés au fur et à mesure. Cela a rajouté de la magie à la lecture, je trouve.

Le rythme est calme, reposant, mais malgré cela, il y a toujours un rebondissement nous tenant en haleine, relançant ce fameux questionnement qui ne m’a jamais quitté jusqu’à la dernière phrase, où j’ai été estomaquée. Car oui, la fin a été un véritable coup au cœur, je ne m’attendais pas à cela. Mais chut !

Un mot sur la couverture, magnifique, en totale adéquation avec l’esprit du roman. La grille du château est en effet un personnage à part entière tellement son rôle a été primordial dans ces deux destins hors norme.

Je pourrai vous parler de « Destins interdits » pendant des heures, foncez, plongez dans ces pages, vous le regretterez pas.

Je remercie Nathalie pour sa confiance renouvelée. Merci pour ce déferlement d’émotions et ce magnifique coup de cœur.

destins interdits117508598..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le précédent roman de Nathalie m’avait chamboulé, j’attendais donc celui-ci avec impatience.

Auteur connu : j’ai lu « Le dernier chant du rossignol » qui avait été un gros coup de cœur pour moi. J’ai également pu réaliser une interview de Nathalie.

Émotions ressenties lors de la lecture : aversion, colère, tristesse, pitié, un violent désir de vengeance, dégout. Douceur, empathie, amour, admiration, tendresse, engouement.

Ce que j’ai moins aimé : rien. J’ai tout adoré, depuis le premier mot jusqu’au dernier.

Les plus : la mise en avant de deux mondes diamétralement opposés, les sujets graves abordés, les thèmes de la musique et des parfums.

2 réflexions sur “« Destins interdits » de Nathalie THOMAS-VERNEY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s