« Comme un souffle de vengeance » d’Alain LEONARD

Informations :

Titre : comme un souffle de vengeance

Auteur : Alain Léonard

Éditeur : Revoir Éditions

Nombre de pages : 196 pages

Format  et prix : broché 17 €

Date de publication : 10 novembre 2020

Genre : littérature générale

Résumé :

Tous les hommes envient Marc. Quelle chance d’être marié à une si jolie femme, Eve, qui vient d’une famille aisées, pour ne pas dire riche. D’autres diraient que l’argent, finalement, ne fait pas le bonheur. Effectivement, on n’est pas bien apprécié dans les salons feutrés des hôtels particuliers, quand, comme Marc, simple petite employé de banque, on vient de la banlieue parisienne.  Avec une épouse qui, peu à peu, s’éloigne, des beaux-parents qui le détestent, on ne peut décemment pas lui reprocher d’un jour « péter les plombs ». Mais on ne plaisante pas avec « ces gens-là », comme l’a si bien dit Brel. Marc l’apprendra à ses dépends. A moins que…

Mon avis :

En me plongeant dans ce roman, j’étais bien loin d’imaginer une telle histoire ! Surprenante, terrifiante même à un certain point. Ma chronique ne va pas être facile à rédiger, car je ne veux pas gâcher l’effet de surprise. Ouvrir ce livre en n’ayant en tête que le résumé rend le voyage parfait !

Marc Sévand a tout pour être heureux : il travaille comme conseiller bancaire à Nanterre, est marié à Eve, une très belle jeune femme, avec laquelle il a une adorable fillette, Margaux, âgée de 7 ans aujourd’hui. Mais, car il y a un « mais », Eve et Marc ne viennent pas du tout du même milieu social. La jeune femme a vécu à Neuilly, son père est un riche industriel, et elle a épousé Marc, d’origine bien plus modeste, bien évidement par amour, mais également un peu par esprit de contradiction.

Le couple est sur une pente extrêmement glissante, et le lecteur n’aura de cesse de se questionner : jusqu’où cela ira-t-il ? On a l’impression que ça y est, Marc a touché le fond, eh bien, non, l’auteur nous réserve une surprise de plus. J’ai apprécié cette analyse du couple, la mise à mal de l’adage « les extrêmes s’attirent ». Les différences sociales et les problèmes sous-jacents sont également bien détaillés.

Je me suis prise d’affection pour Marc, le pauvre, il essaye de garder la tête hors de l’eau, mais cela est loin d’être aisé. J’ai été touchée par sa détresse. Son parcours sera truffé de rencontres totalement inédites, certaines un peu loufoques, qui lui permettront de conserver la saveur de la vie malgré les embûches. Il saura évoluer, se relever, et peut-être en sortira-t-il grandi, je vous laisse le soin de le découvrir.

La plume est vraiment légère, très agréable. L’auteur nous propose un récit qui se lit vite, il accroche le lecteur grâce à des tranches de vie qui pourraient très bien refléter notre quotidien. Il nous entraîne vers une réflexion très intéressante, une suggestion également, puisque certains passages sont tout de même édulcorés. Il en résulte une lecture qui fait du bien. En refermant ce roman je me suis sentie satisfaite, la fin prouvant qu’il est légitime de se battre et que quoi qu’il arrive, la vie vaut la peine d’être vécue.

Je remercie Alain pour cette belle lecture.

#CommeUnSouffleDeVengeance  #AlainLéonard   #RevoirEditions

Comme un souffle de vengeance.jpeg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé m’a intrigué. J’avais envie d’en savoir plus.

Auteur connu : je ne connaissais pas du tout Alain avant cette lecture. Il est l’auteur de plusieurs livres, notamment se déroulant lors de la Révolution française (cela explique pourquoi je ne l’ai pas lu auparavant, cette période n’étant pas ma tasse de thé).

Émotions ressenties lors de la lecture : énormément d’empathie et de l’admiration pour Marc, de la colère face aux réactions de certains personnages, j’aurai bien volontiers arraché les yeux de la belle-mère ! De la joie et de la satisfaction à la fin.

Ce que j’ai moins aimé : j’aurai aimé que le dernier tiers soit un peu plus développé, cela aurait mérité quelques dizaines de pages supplémentaires.

Les plus : la plume, le côté réaliste, l’immersion dans le quotidien des personnages, la fin.

Une réflexion sur “« Comme un souffle de vengeance » d’Alain LEONARD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s