« Mon mari » de Maud VENTURA

Informations :

Titre : mon mari

Auteur : Maud Ventura

Éditeur : L’Iconoclaste

Nombre de pages : 157 pages

Format  et prix : broché 19 € / numérique 13.99 €

Date de publication : 19 août 2021

Genre : littérature générale

Résumé :

C’est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d’une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l’émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l’aime plus – ou pas assez – cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.

On rit, on s’effraie, on se projette et l’on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant.

Mon avis :

C’est avec « Mon mari » que j’ai ouvert les festivités de cette rentrée littéraire.

Croyez-moi, après cette lecture, vous n’allez plus jamais regarder votre moitié de la même façon !

Voilà un roman court, original, et innovant ! Notre narratrice est mariée depuis quinze ans, deux enfants, une belle place dans la société, une grande maison, l’opulence transpire chez cette famille. Elle est follement amoureuse de « son mari », d’ailleurs, jamais nous ne saurons le prénom dudit mari. Elle est dans une relation totalement dépendante et fusionnelle. Un amour possessif, jaloux, maladif, exclusif, une passion dévorante. Elle n’a besoin de rien d’autre que de l’amour de son mari pour vivre et connaître le bonheur absolu. Sauf qu’elle ne peut s’empêcher de douter de la profondeur des sentiments de son mari envers elle.

Nous allons la suivre durant une semaine. Chaque journée est rattachée à une couleur et un état d’esprit. Le mardi par exemple, jour de Mars, le Dieu de la Guerre, est associé au noir. Partant de là, le mardi, il faut faire profil bas, car tout peut partir en catastrophe. Vous l’aurez compris, notre narratrice a l’esprit retors, et encore, vous n’avez rien vu ! Plus j’avançais dans ma lecture, et plus j’ai halluciné ! La narratrice se fait des films, se monte le bourrichon toute seule, un truc de dingue ! Elle est la reine du self-control (elle m’a indéniablement fait penser à Bree dans la série TV « Desperate housewife »), elle met en place des stratagèmes incroyables pour tester l’amour de son mari, le punissant insidieusement à chaque erreur ou manquement.

« Mon mari » est une formidable étude du couple, de l’amour, du doute, de la confiance. La plume est nette, franche, elle dissèque l’état d’esprit de la narratrice avec un talent indéniable. On sourit, on frémit, on juge et on s’interroge. Je me suis demandée où j’en étais dans mon couple sur l’échelle de l’amour.

« J’ai lu quelque part qu’il existait trois sortes de femmes : l’amoureuse, la maîtresse et la mère.(…) la plupart du temps, je suis trop occupée à être amoureuse pour être une bonne mère. »

Un récit à la limite du huis clos, oppressant, très psychologique, une vie de couple qui a tendance à partir à vau-l’eau. Et pourtant ? Notre narratrice est-elle dans le vrai lorsqu’elle soupçonne son mari de ne plus l’aimer comme au premier jour ? J’ai douté avec elle. Je me suis fourvoyée dans toutes ses suppositions et constatations pourtant loufoques mais présentées par l’auteure de manière si réalistes. Côté rythme, j’avoue m’être essoufflée dans le dernier tiers, le récit devenant un peu redondant.  Heureusement, l‘épilogue a rehaussé le ressenti général de cette lecture, même s’il m’a laissé une impression de malaise. Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus, sinon, ce serait spoiler…

Un roman que je vous recommande, si vous n’avez pas peur de gratter le vernis des apparences, et si vous avez envie de découvrir ce couple vraiment atypique !! Une belle surprise de cette rentrée littéraire pour moi.

« Nous sommes deux parents qui dînent avec leurs enfants, en pleine représentation familiale. Je joue à la mère et lui au père. Et mon mari me manque. »

#MonMari   #MaudVentura  #LIconoclaste  #RentréeLittéraire2021

mon mari708750387330203225..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : la couverture, puis le résumé. 

Auteur connu : « Mon mari » est le premier roman de Maud.

Émotions ressenties lors de la lecture : curiosité, amusement, une lecture bien agréable niveau émotions, même s’il y a eu une pointe d’agacement et d’inquiétude.

Ce que j’ai moins aimé : le manque de rebondissement, le côté un peu trop prolixe.

Les plus : le personnage de la narratrice, son côté bordeline, la construction du récit sur sept jours, la touche d’humour, la réflexion sur le couple, l’attachement, l’amour, la légèreté de la plume de l’auteur, la fin, succulente !!

Une réflexion sur “« Mon mari » de Maud VENTURA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s