« La dame blanche » de Denis ZOTT

Informations :

Titre : la dame blanche

Auteur : Denis Zott

Éditeur : Hugo Poche

Nombre de pages : 443 pages

Format et prix : poche 8.50 € / numérique 9.99 €

Date de publication : 6 janvier 2022

Genre : thriller

Résumé :

La Dame blanche. Fragile, fugitive et menacée. À moins qu’elle ne cache son jeu. Et que la vraie menace, ce ne soit elle.
Elle ne devait jamais sortir. Dehors est un monde hostile, un danger permanent. Mais nul ne sait comment elle peut réagir.
Un étrange manoir dans l’Yonne qui abrite un terrible secret. Une recluse blonde au visage de geisha dont l’existence n’est connue que d’une poignée de personnes.
Lorsque, une nuit, un mystérieux commanditaire la fait enlever, rien ne se passe comme prévu.
Un accident à quelques kilomètres du point où elle doit être livrée, à Puech Begoù dans le Tarn, et c’est la fuite. Traquée par les chasseurs et les chiens de l’impitoyable Baron, le maire du village. Recherchée par les Renard, les ennemis jurés de Baron. La Dame blanche est livrée à elle-même alors que la contrée est cernée et que la famille de la jeune femme convoque des moyens d’envergure pour la retrouver.
Césaire, le domestique de Germaine Renard, craint qu’un vent mauvais ne souffle dans cette campagne tourmentée. Ce sera bien pire que ça. Personne dans la contrée n’oubliera jamais la Dame blanche.

Mon avis :

Le prologue de « La dame blanche » nous plante des personnages que l’on sent hauts en couleurs. Césaire, Germaine, la mère Louise, Léon, où diable ai-je atterri ? J’avais l’impression d’assister à un sketch des Bodin’s. Bon, je vous rassure, c’était juste une perception fugace, car nous sommes bien en présence d’un thriller, et très vite, le récit devient plus sombre, avec un enlèvement hors norme. Là aussi, Denis nous sert une belle brochette de personnages déjantés…Johnny, dont le but est d’offrir enfin une vie décente à sa femme et à son fils, le Chauve, le Rital, le Tunisien, l’enlèvement qu’ils organisent va tourner au fiasco. 

La Dame Blanche va se retrouver dans un petit village du Tarn et croiser la route de Césaire, larbin de Germaine, vieille femme revêche et cruelle. L’auteur a un talent certain pour planter une ambiance, pour plonger son lecteur dans une atmosphère lourde et piquante, rendant la lecture anxiogène et déroutante. 

Car dans ce petit village rural, l’environnement est propice à la précarité et à l’isolement, favorisant le repli sur soi de ses habitants. Les secrets sont bien enfouis, l’omerta règne, un silence de plomb nourri par la honte, la peur ou l’ignorance en est la règle. L’arrivée de la Dame Blanche va bousculer tout ce petit monde. D’ailleurs, qui est-elle ? D’où vient-elle ?

« Pourquoi fallait-il toujours que sa mauvaise conscience s’interpose et revienne le tourmenter ? Pourquoi fallait-il toujours que le curé intervienne et gâche les meilleurs moments ? »

La plume de Denis est fluide, très agréable et suggestive. La force de ce roman réside dans l’ambiance, et surtout dans ses personnages. Ils sont façonnés avec minutie et précision. Leur psychologie est fouillée, le lecteur s’imprègne de leurs peurs et espoirs. Autre point fort : la thématique, diablement originale ; ce n’est pas souvent qu’un thriller se déroule au fin fond de la campagne secrète. Du renouveau, voilà qui fait du bien ! Il y en a marre des thrillers tous formatés pareils, vous ne trouvez pas ?

Le récit est assez addictif, je n’ai pas vu défiler les 440 pages. J’étais vraiment curieuse de découvrir qui était la Dame Blanche, mais aussi de voir comment allaient évoluer nos personnages, surtout Césaire, que j’ai beaucoup apprécié. Il m’a fait de la peine, pauvre souffre-douleur incapable de se révolter.

Certaines scènes sont difficiles, les violences physiques et psychologiques s’avèrent terribles, le lecteur est secoué, il en arrive à ressentir la peur et la souffrance, au même titre que le personnage concerné.

Dans ce roman enlevé et surprenant, rien n’est laissé au hasard, chaque détail compte, les révélations ménagent un suspense qui bientôt devient insoutenable (addictif, vous vous souvenez ? Je l’ai mentionné plus haut). Et la fin est à la hauteur du reste. Bien amenée, les tenants et les aboutissants scotchent le lecteur, qui prie, espère, croit en un avenir plus paisible pour ces personnages qu’il a pris sous son aile et avec qui il a fait un bon bout de chemin.

Un mot sur la couverture, qui est absolument magnifique, elle donne le ton d’entrée.

Lecteurs avides de nouveauté, cherchant à sortir des sentiers battus et rebattus dans le monde du thriller, allez-y, partez faire la connaissance de « La dame blanche ».

« Le lit à baldaquin, le tapis en alpaga, les meubles en bois exotique, les étagères envahies d’une légion de poupées qui formaient une effrayante armée miniature. Et ce détail glaçant : sur les visages de porcelaine, les poupées affichaient la même expression que la jeune femme blonde qui les regardait, assise au milieu du lit. Un sourire triste aux lèvres rouges sur un visage tout blanc. Un visage peint de geisha. »

Je remercie les Éditions Hugo Poche et NetGalley pour cette lecture.

#ladameblanche    #DenisZott  #HugoPoche #NetGalleyFrance

la dame blanche3247139680195888744.

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur, comme bien souvent ! Ensuite, la couverture me plaisait, et le résumé à fini de me convaincre.

Auteur connu : j’ai découvert Denis via les réseaux, et j’ai lu ses deux romans : « La chute du cafard »  et « Maudite ! » .

Émotions ressenties lors de la lecture : peur, angoisse, j’ai été écœurée et révoltée par certains comportements. La palette des émotions était large, car malgré la dureté du récit, j’ai ressenti de l’espoir, de la joie, de l’optimisme.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : l’originalité et le lieu de l’intrigue, les personnages, la plume, la fin.

3 réflexions sur “« La dame blanche » de Denis ZOTT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s