« Le vertige de la peur » de Linwood BARCLAY

Informations :

Titre : le vertige de la peur

Auteur : Linwood Barclay

Éditeur : Belfond

Nombre de pages : 512 pages

Format  et prix : broché 21,90 € / numérique 14,99 €

Date de publication : 17 février 2022

Genre : thriller

Résumé :

Lundi, 8 heures. Plusieurs employés de Cromwell Entertainment empruntent un ascenseur pour rejoindre leurs bureaux situés aux 33e et 37e étages d’un gratte-ciel new-yorkais. Curieusement, la cabine ne s’arrête pas et poursuit sa montée. Avant de lâcher.
Un accident mécanique, tragique et banal. Mais le lendemain, un drame similaire se produit dans un autre building du quartier. Puis un autre le mercredi. La panique s’installe dans Big Apple. Qui peut bien menacer la ville la plus verticale du monde ?

Alors que la population n’ose plus sortir de chez elle, que les services de maintenance sont saturés, que la Bourse dégringole, deux flics désabusés et une journaliste tenace vont s’engager dans une course contre la montre pour résoudre ces affaires avant l’inauguration de la plus grande tour résidentielle de Manhattan, prévue pour la fin de la semaine…

Avec ce nouveau polar, Linwood Barclay défie les lois de la gravité pour nous offrir un moment de suspense aussi anxiogène que jubilatoire.
Cramponnez-vous ! Les portes de l’ascenseur viennent de se refermer ; il n’y a plus d’issue.

Mon avis :

Mise en garde : si vous êtes claustrophobe ou que vous craignez les ascenseurs, « Le vertige de la peur » n’est pas pour vous !

Un ascenseur n’est jamais qu’une cage métallique, équipée d’un éclairage, d’un tableau de commande et parfois d’un miroir : un moyen très simple de se déplacer à la verticale. A New-York, ville de la verticalité par définition, l’ascenseur est incontournable. En ce lundi, la journée commence comme d’habitude pour Sherry : elle prend l’ascenseur qui la conduira à son bureau, au 38è étage d’une tour de Manhattan. Sauf que subitement, la cabine tombe en chute libre et s’écrase au sol. C’est une sacrée façon de commencer un livre, et je n’ai pas pu le lâcher avant d’avoir fini.

Le lendemain, nouvel accident, sur York Avenue, et cette fois, une scientifique russe a la tête tranchée par la cabine folle….Scène que je ne suis pas prête d’oublier….La psychose fait son chemin, deux accidents en deux jours, ça paraît improbable. New York est prise en otage, c’est le chaos, le maire ferme tous les ascenseurs de New York jusqu’à ce qu’ils puissent arrêter le coupable (70 000 ascenseurs quand même…). Imaginez, 50 étages à descendre à pied pour faire ses courses, et à remonter pour rentrer chez soi. Vous le feriez, vous ?

Qui est derrière tout ça ? Et y a t- il un rapport avec le corps sans doigts retrouvé sur la High Line ?

« Le viaduc faisait moins de deux kilomètres et demi de long, mais il attirait des millions de personnes chaque année, des locaux comme des touristes. Bordée de jardins, de bancs et d’éléments architecturaux intéressants, la High Line était rapidement devenue un des coins préférés de Bourque. Ce ruban de verdure, qui traversait le cœur du Lower West Side, offrait une oasis loin du bruit et du chaos. »

Ce thriller au rythme effréné alterne entre un certain nombre de personnages : Barbara Matheson, journaliste, va enquêter. Elle connait l’une des victimes, et souhaite faire la lumière sur cette affaire. Sa cible principale et son adversaire régulier est le maire de New York, Richard Headley, l’un des personnages les plus déplaisants du roman. Le flic mandaté officiellement sur l’affaire, Jerry Bourque, a une fâcheuse tendance à faire des crises d’asthme au mauvais moment. Il fera équipe avec Lois Delgado. Ajoutez à ce beau monde des membres d’une organisation terroriste nationaliste américaine connue sous le nom de Flyovers et vous aurez un cocktail explosif, et surtout, de nombreuses façons d’appréhender ce roman.

Linwood Barclay est un habitué des intrigues sinueuses et alléchantes. À chaque rebondissement diabolique, il augmente le suspense, menant à un final fracassant, digne d’un film catastrophe. Linwood Barclay est un maître dans son genre. Sa plume est précise, nette, maîtrisée. L’intrigue se déroule de manière linéaire, sur une temporalité de cinq jours, au rythme implacable.

Les seuls bémols que je soulignerais sont, d’une part, le réalisme de l’intrigue. En effet, immobiliser tous les ascenseurs d’une ville comme New York m’a semblé difficilement réalisable. Et d’autre part, les personnages sont bien trop nombreux. La multiplication des intrigues concernant chaque protagoniste est superflue pour ma part. Le mystère entourant le maire, Barbara et la fille de cette dernière, par exemple, n’apportait aucune plus-value, pour moi, c’était de la broderie littéraire, diluant l’essentiel…Mais ce n’est que mon opinion, et cela ne m’a pas empêchée de dévorer cette histoire !

Perso, je vais utiliser les escaliers pendant un certain temps…J’ai adoré le fait que l’intrigue se déroule à New York (bon, heureusement que ce livre n’était pas sorti au moment où j’y suis allée, sinon, je n’en aurai pas mené large !).

« Le vertige de la peur » est un thriller psychologique captivant qui vous donnera des sueurs froides et que je vous conseille vraiment de vous procurer. 

« Richard Headley était arrivé à son bureau de l’hôtel de ville de bonne heure et il avait bien faire comprendre à Valérie et au reste de son cabinet que, à moins que la statue de la Liberté ne retrousse sa jupe pour patauger jusqu’à Jersey City, il ne voulait pas être dérangé. »

Je remercie les Éditions Belfond et NetGalley pour cette lecture.

#levertigedelapeur  #LinwoodBarclay  #Belfond    #NetGalleyFrance

le vertige de la peur107821372408211010.

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur, tout d’abord, puis la thématique des ascenseurs qui s’écrasent, pas souvent vue dans les thrillers, ainsi que l’intrigue plantée à New York (of course !).

Auteur connu : vous pouvez retrouvez mes chroniques de « Cette nuit-là » et « Faux amis » .

Émotions ressenties lors de la lecture : panique à bord dans les scènes avec les ascenseurs, dans ma tête je criais aux gens de ne pas y monter ! Curiosité et passion quant à l’intrigue, un peu de scepticisme par rapport à la véracité de certaines choses, et bluffée par la fin.

Ce que j’ai moins aimé : le côté irréaliste, les personnages trop nombreux au passé trop détaillé, même si cela est typique de l’auteur.

Les plus : le rythme, les rebondissements, la fin, New York !

Une réflexion sur “« Le vertige de la peur » de Linwood BARCLAY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s