« Souviens-toi de Sarah » de Page COMANN

 

sonia boulimique des livres

Titre : Souviens-toi de Sarah

Auteur : Page Comann

Éditeur : M+ Editions 

Nombre de pages : 478 pages

Formats et prix : broché 19 € / numérique 13.99 €

Date de publication : 2 juin 2022

Genre : polar

 

blog littéraire

Diane, éditrice chez Sandwood Publishing à Londres, reçoit un manuscrit anonyme. Une jeune adolescente, Sarah, y confie sa vie de misère dans les années sombres de l’Angleterre des années 60. Elle y avoue aussi les crimes qu’elle a dû commettre pour échapper à son destin. Vraie confession ou habile fiction d’un auteur contemporain ?
Bouleversée par ce manuscrit, Diane cherche à en retrouver l’auteur et part sur les lieux où Sarah dit avoir vécu et souffert, quête qui lui fait traverser les paysages époustouflants d’Irlande et d’Écosse.

chroniques littéraires

Page Comann, une nouvelle plume qui débarque ? Que nenni !! Ian Manook et Gérard Coquet ont allié leur talent respectif pour écrire un roman à quatre mains. Et quelle histoire !

Londres, 2012. Diane est éditrice et elle reçoit sur son bureau un mystérieux manuscrit anonyme. Intriguée, elle décide de le lire. Il relate la vie de Sarah, une jeune fille tourmentée.

« Partout, le parfum aigre de la mort me suit, c’est vrai. J’ai tué, je le confesse. Pour m’accrocher à l’espoir du bonheur autant que pour me venger. »

Touchée par ce manuscrit, mais néanmoins sceptique quant à son origine et sa véracité, Diane décide de regrouper les maigres indices se trouvant entres les pages et de partir sur la trace de Sarah, embarquant par la même occasion le lecteur. J’ai été le binôme de Diane dans cette affaire, tant j’avais envie, moi aussi, d’en savoir plus sur Sarah, et, pourquoi pas, réussir à la localiser pour la rencontrer. Ma lecture est devenue totalement participative, j’ai échafaudé des plans, j’ai souffert avec Sarah, j’ai soutenu Diane dans ses pérégrinations.

Dans les années soixante, Sarah, alors âgée de seize ans, commence à rédiger un journal. Née en Irlande, le jour de la Saint Patrick, elle se retrouve orpheline très jeune. Enceinte à quinze ans de Richie, son petit ami qui se retrouve en prison pour de petits délits, elle est recueillie par Père Patrick. On ne peut pas dire que ce soit la Providence qui lui ai mis Père Patrick sur son chemin…Il aura une emprise malsaine sur Sarah, elle deviendra sa chose.

Entre l’Écosse et l’Irlande, nos pas cheminent dans ceux de Sarah. J’ai adoré découvrir ces deux pays, il faut dire que les auteurs sont doués pour nous donner envie (mais je soupçonne peut-être plus Gérard sur ce coup-là !). Les paysages grandioses, la gastronomie, et….le bon whisky vont nous donner l’eau à la bouche. Ces descriptions permettent au lecteur de souffler ; une petite bouffée d’oxygène teintée d’humour, on prend !

Le récit de Sarah sera l’occasion pour le lecteur de se plonger dans l’histoire de l’Angleterre puritaine des années 60. Entre les chansons des Beattles (que j’ai ré-écouté avec plaisir, du coup), et l’histoire du couvent de Tuam, le bond dans le temps est total ! La religion catholique est bien mise à mal, entre des religieuses sadiques et des prêtres pédophiles et violeurs, accrochez-vous, car les faits décrits sont bien réels. La vie de Sarah a été très dure, rien ne lui a été épargné. Ma gorge s’est serrée à plusieurs reprises face à ce destin hors norme et les larmes n’étaient jamais bien loin.

Ce roman est original, puisque c’est un mélange d’enquête policière et de confession. Les chapitres alternent entre les extraits du journal de Sarah, rédigés à la première personne du singulier, beaucoup plus intimistes, et les investigations de Diane, où la narration passe à la troisième personne du singulier. Sauf que Diane a une longueur d’avance, puisqu’elle a terminé la lecture du journal de Sarah avant nous ! Elle nous distille donc des informations, mais, faisant fi de notre progression, ne nous dit pas tout ! Quelle frustration ! J’ai enragé à plusieurs reprises !!!! 

La plume des auteurs est incisive, fluide, très visuelle et poétique. Le rythme est bigrement soutenu, rendant la lecture terriblement addictive. C’est bien simple, une fois attaqué, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher « Souviens-toi de Sarah ». Je suis entrée très vite dans l’histoire, me prenant au jeu de l’énigme. 

Le scénario est très bien travaillé, c’est le moins que l’on puisse dire. Quant aux personnages, on éprouve des émotions totalement contradictoires en fonction des situations. J’ai ressenti énormément d’empathie  pour Sarah, bien sûr, sa force de caractère et son pouvoir de résilience poussent à l’admiration. J’ai poussé un « ouf » de soulagement lorsqu’elle a croisé le chemin de Père Patrick, croyant naïvement qu’elle avait terminé de manger son pain noir. Et au fil des pages, mon opinion envers Patrick a totalement vrillé, je l’ai haï de toutes les pores de ma peau. Les personnages qualifiés de secondaires, mais tout aussi importants, sont riches, détaillés et intéressants.

La fin est bien amenée et maîtrisée, même si j’en avais deviné les tenants et les aboutissants. C’est dommage, car j’aurai voulu être scotchée par un dénouement incroyable. Si cela avait été le cas, cette lecture aurait été un coup de cœur….

« Alors, j’écris. Partout. Devant la prison, sur le parking en attendant le bus, tant j’ai besoin de me confier à quelqu’un pour m’apaiser. Je n’ai personne, alors je parle à voix haute et noircis des pages entières. C’est incroyable tous ces sentiments qui se succèdent. Depuis quelques semaines, je n’ai que de sales souvenirs à consigner dans le carnet de ma vie. Chaque feuillet est le récit d’une désillusion ou d’un inévitable échec. »

Un roman très noir, mais pourtant il s’en dégage un bel espoir ; un roman passionnant humainement, historiquement et géographiquement. Original, frais et passionnant. Je vous le conseille ! A déguster accompagné d’un bon Glengoyne, ou d’un lait de poule (no panic, la recette est entre les pages !!).

Je remercie M+ Éditions pour cet envoi. Ah, et…Gérard et Ian, quand vous voulez vous recommencez, hein ?

#SouvienstoideSarah    #PageComann

souviens toi de sarah7727422951555571326.

signature_4

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé !

Auteurs connus : j’ai découvert Gérard il y a peu avec  « May Fly » ; quant à Ian, je le connais sous un autre pseudo et son  « Manhattan Sunset »

Émotions ressenties lors de la lecture : révolte, angoisse, colère, peur, admiration, frustration, la palette était large. 

Ce que j’ai moins aimé : la fin, trop prévisible pour moi.

Les plus : le mélange des deux plumes, la construction, l’intrigue, la véracité du côté historique, les voyages en Irlande et en Écosse.

signature_2

2 réflexions sur “« Souviens-toi de Sarah » de Page COMANN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s