« La revanche des orages » de Sébastien SPITZER

sonia boulimique des livres

Titre : La revanche des orages

Auteur : Sébastien Spitzer

Éditeur : Albin Michel

Nombre de pages : 400 pages

Formats et prix : broché 21,90 € / numérique 14,99 €

Date de publication : 17 août 2022

Genre : roman historique

blog littéraire

Comment vivre après avoir propagé la mort ?

Un aviateur américain est hanté par la voix d’une enfant rescapée d’Hiroshima.

chroniques littéraires

📚 RENTRÉE LITTÉRAIRE 2022📚 

J’espère que vous êtes bien accrochés, en partant de faits réels, « La revanche des orages » propose de redécouvrir un moment particulier de l’Histoire : le bombardement d’Hiroshima et ses conséquences sur l’un des pilotes de l’avion qui a largué la bombe….

Tout commence en décembre 1955. Le major Claude Robert Eatherly, pilote vétéran de l’armée de l’air, est interné. Il entend des voix. Enfin, une voix plus précisément, celle d’Hanaé, jeune victime de la bombe d’Hiroshima. 

« Regarde, pilote. Regarde ce que je suis devenue. Ma joue. Ma peau. Ces craquelures sur mon corps. Mes yeux gonflés. Sens-tu l’odeur de charnier dans la cour ? »

Puis le curseur temporel se déplace, direction l’été 1945. Eatherly et ses hommes s’entraînent dans le Pacifique pour une mission secrète, où un « Gadget » en est le centre. Tu parles d’un gadget, la bombe nucléaire est bien loin d’être un gadget. Mais les pilotes ne le découvriront qu’une fois le « Gadget » largué sur la population d’Hiroshima….

« La revanche des orages » est un récit poignant mettant en avant la vie d’un homme ordinaire qui, bien malgré lui, a été considéré comme un héros…Ce roman oppose le paradoxe du bien et du mal, de la lumière et de l’ombre.

« -Et la deuxième, c’est vous aussi ?

-Nagasaki ?

-Oui

Non, ce n’est pas moi.

C’était déjà bien assez de coucher le soleil une fois. »

Sa femme, Anna, est son pilier. Leur amour est fort, solide. Elle l’attend. Elle l’idéalise aussi. Anna est une comédienne, lorsqu’elle trouve que sa vie n’est pas tendre, ou qu’elle ne correspond pas tout à fait à ses rêves, elle s’en invente une autre. Et là, dans la solitude de son foyer, elle cristallise son mari. Pour elle c’est un héros, ni plus ni moins. La capitulation du Japon, c’est grâce à lui. Que va-t-il rester de leur couple au retour d’Eatherly ? Car il revient changé, forcément. Mais encore plus à partir du moment où il réalisera les conséquences de son geste. Le remord et la mauvaise conscience lui seront chevillés au corps et à l’âme. Hanaé va le harceler, il se replie sur lui-même, avec sa folie.

« Votre famille vous attend. Ils veulent leur héros. Et vous en êtes un vrai ! Allez donc parader. Vous le méritez bien. L’Amérique a besoin de rêver. Elle a besoin de vous Et ne laissez jamais personne prétendre le contraire. N’est-ce pas, major ? »

Le gouvernement sent bien qu’il dérape, qu’il perd le contrôle, et il veut le faire taire. Les électrochocs étaient un moyen bien efficace à l’époque. La médecine est aussi barbare que l’armée…N’oublions pas que dans les années 50, les États-Unis sont en pleine peur rouge. Le maccarthysme s’évertue à restreindre l’expression d’opinion. Le discours d’Eatherly est gênant à bien des égards.

La plume de Sébastien est brillante, fluide, délicate, saisissante. Les passages relatif à Hanaé sont poignants tout en restant sobres et terriblement sensibles. On ne peut que se questionner sur la pertinence des guerres et de leurs conséquences sur les civils et les soldats. Et au vu de l’actualité brûlante concernant le conflit ukrainien, cela raisonne en nous encore plus. 

La lecture est assez addictive, je n’ai pas pu lâcher ce roman avant d’en arriver à la toute fin, trop curieuse de poursuivre l’aventure, de continuer à scruter cette descente aux enfers, avec un peu de voyeurisme malsain, je dois bien l’avouer. 

Un passage m’a particulièrement bouleversée, en rapport avec la chaleur émise par les rayonnements de la bombe, imprimant des ombres des corps sur les murs. Je vous le livre ici :

« Le docteur Shigetô est allé faire un tour au château de la Carpe. Je lui ai décrit les lieux. L’escalier. La muraille qui m’avait protégée. En ramassant des débris, il a remarqué une tache étalée sur les marches. C’était l’ombre d’une femme incrustée dans la pierre, comme une radiographie aux contours très précis. Il m’a décrit la forme des hanches, l’allure des épaules et ce qui pouvait ressembler à une coupe de cheveux. Au carré. C’était elle, la mère de Seiji. Et à côté, une autre ombre, la mienne. Deux ombres incrustées dans une pierre poreuse. (…)Combien y a-t-il d’ombres imprimées dans la pierre ? »

Un roman historique, un roman d’amour, un roman sur le doute et le bien-fondé d’un acte qui a changé la face du monde. Je vous le conseille chaudement !

#Larevanchedesorages    #SébastienSpitzer    #AlbinMichel   #RentréeLittéraire2022

la revanche des orages3666903571115397395.

signature_4

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur, tout d’abord, puis, mon œil attiré par la couverture m’a poussé à lire le résumé.

Auteur connu : Sébastien est un auteur que j’apprécie beaucoup. Vous pouvez lire mes chronique de « Dans les flammes de Notre-Dame »« Le cœur battant du monde » et « La fièvre ».

Émotions ressenties lors de la lecture : angoisse, peur, révolte, espoir, pitié.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la plume, le contexte, les références historiques, le personnage d’Eatherly, la construction.

Si je suis une âme sensible : je n’ai rien noté de particulier.

signature_2

2 réflexions sur “« La revanche des orages » de Sébastien SPITZER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s