« Le manège de la vie » de Delphine GIRAUD

 

sonia boulimique des livres

Titre : Le manège de la vie

Auteur : Delphine Giraud

Éditeur : Fleuve Éditions

Nombre de pages : 304 pages

Formats et prix : broché 19.90 € / numérique 4.99 €

Date de publication : 9 février 2023

Genre : littérature générale

 

blog littéraire

Seule dans le manège face à Furtivo, Tess prend son temps. Pas de longe, ni de stick. Juste son regard et ses mots pour amadouer ce pur-sang effarouché. Elle patiente, ça ne la gêne pas. De la patience, elle en a à revendre.

Cela fait quinze ans que Tess et Manuel essayent d’avoir un enfant. Unis par une même passion pour les chevaux, ils ont appris à dompter leurs sentiments aussi bien que leurs bêtes. Cependant au fond de Tess, le doute s’insinue : à quoi bon continuer ?

Alors quand une opportunité professionnelle se présente au Parc des Légendes, véritable institution en Vendée, elle commence à entrevoir une autre vie, dans le monde du spectacle équestre. Au risque de s’éloigner définitivement de Manuel, mais n’a-t-elle pas déjà trop attendu pour laisser passer cette chance ?

chroniques littéraires

Il y a plusieurs années, j’avais regardé le film « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux ». J’avais adoré. Plus tard, j’avais lu le livre, qui m’avait quelque peu déçue car la fin n’était pas celle du film (enfin celle du film n’était pas conforme au livre). Voilà pourquoi je n’aime pas regarder les adaptations cinématographiques des romans. Bon, mais je m’égare, ce n’est pas le sujet de cette chronique ! Tout cela pour vous dire que dans « Le manège de la vie », j’ai retrouvé cette ambiance si particulière.

« Je m’enivre de l’excitation du cheval, je me penche plus en avant pour ne faire qu’un avec lui. Sur son dos, je fuis. Je fuis mon passé, celui de ma mère, de Mémé, je fuis mon présent aussi, et surtout mon avenir. »

Delphine est l’auteure qui murmure à l’oreille des lecteurs. Elle m’a embarquée dans son univers, j’ai adoré ce moment passé au milieu des chevaux avec Tess. J’ai partagé sa passion. J’ai découvert les coulisses des spectacles équestres, l’amour et la complicité qui existent entre le cheval et son dresseur. Je n’imaginais pas tout le travail fourni. Les chevaux et moi, ça fait bien deux. Cette lecture était donc un réel challenge pour moi.

Tess, notre narratrice, 38 ans, est mariée à Manuel. Tous les deux vivent et travaillent pour les chevaux. Ils ont en effet un ranch, où ils dressent des chevaux et en gardent d’autres en pension. Seul ombre au tableau : le couple n’arrive pas à avoir d’enfant. PMA, FIV, chaque tentative se solde par une déception toujours plus grande pour le couple. Aussi, lorsque Chris, responsable du dressage en liberté au Parc des Légendes, propose à Tess de le remplacer plusieurs mois, la jeune femme voit là l’occasion de sortir de ce quotidien morose et de ce couple qui l’étouffe.

J’ai beaucoup apprécié les thématiques abordées. Le désir de maternité de Tess est très bien traité, avec délicatesse et discrétion. Le monde équestre est détaillé, Delphine nous décrit ce milieu avec suffisamment de détails pour qu’un novice comme moi s’y retrouve, sans pour autant nous noyer dans les informations. Tout est parfaitement dosé pour que le lecteur passe un très bon moment de lecture dans un univers à la fois passionnant et apaisant, au milieu d’une famille attachante. Les sœurs de Tess ont toutes leurs personnalités, Isabelle, brute de décoffrage, Gaëlle, la perfectionniste, Nathalie, l’aînée, qui cherche à apaiser tout le monde, et, au fil des réunions familiales, nous en apprenons plus sur les secrets entourant cette tribu.

Dans « Le manège de la vie », la part belle est donnée aux femmes. Les personnages féminins sont majoritaires et forts, la maternité est le sujet principal. Toutes ont un rapport différent avec leur rôle de mère. J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour Guillemette, pour qui être mère est loin d’être le bonheur absolu. L’instinct maternel n’est pas inné, et quelquefois, il peut ne pas être autant présent dans nos tripes qu’on le souhaiterait. Sujet tabou, Delphine le met en avant. C’est important d’aborder ce sujet-là, je trouve. La mère parfaite n’existe pas, quoi qu’on veuille nous faire croire.

« Nous avons beau faire partie d’une grande famille, ne sommes-nous pas seules face à nos choix, face à nous-mêmes ? »

La période que Tess passe au Parc des Légendes lui permet de faire la pause salvatrice dont elle a tant besoin, tout en continuant de vivre sa passion. L’occasion de faire la connaissance de personnes attachantes, de nouer des amitiés, d’élargir son cercle. Quelquefois, il ne faut pas hésiter à mettre de la distance avec son conjoint et sa vie lorsque tout devient trop lourd à porter…

Les émotions et les relations humaines sont toujours autant présentes, et c’est ce que j’aime dans les romans de Delphine. L’amour, l’amitié, les relations familiales, mais aussi l’amour des chevaux apportent toute une flopée d’émotions. Je me suis autant attachée aux personnages humains qu’aux chevaux ! Mention spéciale à Cachou qui m’a fait verser une larme, et à Cacahuète qui m’a fait pouffer de rire.

La plume de Delphine a muri, elle est toujours très fluide, sensible, émouvante, elle a gagné en richesse, en émotion. La construction est linéaire, avec des inclusions d’extrait du journal intime de Tess qu’elle adresse à….(chut, vous le découvrirez en lisant ce roman).

« Le manège de la vie » est un roman fort que je vous conseille chaudement, et encore plus si le monde équin vous intéresse !

« Les chevaux m’ont appris la patience. A moi, l’indocile. C’est certainement la raison pour laquelle je me sens proche d’eux et que le courant passe bien entre nous. »

Je remercie les Éditions Fleuve et NetGalley pour cette lecture.

#DelphineGiraud    #FleuveEditions    #Lemanègedelavie

Le manège de la vie

 

signature_4

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteure. Je n’ai même pas lu le résumé, j’y suis allée les yeux fermés.

Auteur connu : j’ai lu « Doucement renaît le jour »  et « Les couleurs du silence » . A chaque fois les émotions sont présentes.

Émotions ressenties lors de la lecture : amusée, passionnée, apaisée, agacée, déconcertée, écœurée, les émotions aussi bien positives que négatives m’ont accompagnée tout au long de cette lecture.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : l’ambiance, le monde équestre, le sujet, la plume, les personnages, la fin.

Si je suis une âme sensible : pas de soucis.

signature_2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s