« Cataractes » de Sonja DELZONGLE

Informations :

Titre : cataractes

Auteur : Sonja Delzongle

Editeur : Editions de l’Epée

Nombre de pages : 400 pages

Format  et prix : broché  20.90 € / numérique  9.99 €

Date de publication : 4 avril 2019

Genre : thriller

Résumé :

Il y a quarante ans, le petit Jan Kosta, trois ans, a été l’un des rares survivants de la terrible catastrophe de Zavoï.
Lors d’un gigantesque glissement de terrain, ce village des Balkans a été littéralement englouti sous des torrents de boue.
Sauvé par son chien qui l’a traîné, inconscient, hors de l’eau fangeuse, Jan a perdu toute sa famille.
Devenu hydrogéologue, Jan reçoit un coup de fil alarmé d’un ami ingénieur.
Il se passe des choses étranges dans et autour de la centrale construite sur les flancs de la montagne de son enfance.
Les gens ont des comportements imprévisibles, parfois violents.
Les moines du monastère voisin ont tous disparu, et les bâtiments délaissés accueillent désormais un institut psychiatrique.
Vladimir demande à Jan de venir étudier les faits.
Que le mal vienne de la centrale, de la montagne ou des hommes, si un nouveau drame est sur le point de se produire, seul un survivant de Zavoï aura une chance de pouvoir tout arrêter.

images

Mon avis :

Il suffit qu’il y ait le nom de Sonja sur la couv’ et j’achète les yeux fermés ! Bon, quand j’ai lu le résumé, j’ai un peu fait la gueule en apprenant que le personnage principal était hydrogéologue…Je les côtoie au bureau, et franchement, ça me faisait pas très envie d’en retrouver un dans ma lecture. Mais j’ai fait confiance à Sonja, et comme d’habitude, je me suis régalée !!!! On enclenche le mode survie et on est parti !

On se retrouve dans les Balkans avec des premières pages à couper le souffle. Le drame vécu par le petit Jan est épouvantable, et le lecteur le subit au plus profond de son âme à son tour. Un premier chapitre qui décoiffe !

Une quarantaine d’années plus tard, nous retrouvons Jan, marié, papa d’une petite fille, installé comme hydrogéologue à Dubaï. Il répond présent à l’appel à l’aide d’un ancien copain d’études, Vladimir, inquiet quant à certains problèmes techniques rencontrés dans la centrale hydraulique dans laquelle il travaille, à Zavoï, en Serbie. Jan va donc retourner sur les lieux du drame qui a bouleversé sa vie. Accompagné du lecteur, il va aller de surprises en surprises. Un monastère transformé en asile psychiatrique, des hallucinations, des légendes, des disparitions, les ingrédients pour rendre l’atmosphère pesante et angoissante sont réunis.

Jan va faire équipe avec Marija, une journaliste, pour investiguer la montagne, trouver la source originelle alimentant la centrale hydraulique et établir son rapport sur le contexte hydrogéologique du périmètre.

Pendant la petite balade en pleine nature de Jan et Marija, qui n’aura rien de bucolique, Vladimir quant à lui, va devoir affronter des disparitions mystérieuses et des meurtres effroyables.

La construction du roman nous relatant ces deux histoires de manière alternative donne du rythme et oblige le lecteur a rester scotché aux pages et aux chapitres. J’ai aimé le décor, cette centrale hydraulique perdue dans les Balkans, ça change vraiment de ce que l’on peut lire habituellement. C’est la particularité des romans de Sonja. A chaque fois, elle se renouvelle et nous embarque avec elle ailleurs. Et son ailleurs est toujours passionnant ! Sonja a su nous faire apprécier la Serbie, terre de ses ancêtres.

On retrouve des thématiques fortes, imposant au lecteur une certaine remise en question, on se laisse porter par l’écriture percutante et puissante de Sonja. Un régal ! Je vous le conseille ! C’est un roman d’une noirceur infinie, loin de tout ce que vous aurez pu lire auparavant. Si vous êtes avides de nouveauté, foncez !

 

cataractes247242797.jpg

 

 

6 réflexions sur “« Cataractes » de Sonja DELZONGLE

        1. « Dust », « Quand la neige danse » et « Récidive » reprennent la meme enquetrice. Tu peux les lire séparément et dans le désordre, en fonction de ton affinité avec chaque sujet abordé, mais je trouve que c’est mieux de suivre dans l’ordre ! Sinon, pour découvrir sa plume, et si tu n’as pas peur d’avoir froid, « Boréal » est juste sublime. C’est un one shot, tout comme « Cataractes ».

          J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s