« Quais du Polar » 2 – 3 – 4 juillet Jour 3 : 4 juillet 2021

Dernière journée…Déjà….Au réveil, le ciel menaçant promettait le meilleur…Sortez vos parapluies, je vous raconte !

Rendez-vous place des Terreaux, pour une virée pédestre dans Lyon. Ces Quais m’auront au moins permis de découvrir la ville !! Rien que cette place, je n’y avais jamais mis les pieds….Au temps de la Révolution, une guillotine y avait été installée.

La fontaine Bartholdi également est magnifique.

ET SI ON PARTAIT ENQUÊTER… DANS LE TEMPS ?


Une visite guidée à nulle autre pareille, véritable plongée dans le Lyon du XIXe siècle. Menée par un étrange personnage fort au courant de tous les dessous de la ville nommé Jules Esquirol. Allons avec lui retrouver les affaires sordides de la (Pas-Si-)Belle-Époque, évoquer les débuts fracassants de la Médecine Légale et les terreurs des Lyonnais de l’époque (les Apaches rôdent…).
La visite servira d’écrin à deux romanciers surdoués qui nous feront partager un point de vue approfondi sur leurs romans, situés dans le Lyon des années 1890 ;

Avec Gwenaël Bulteau (lauréat du prix Landernau, auteur de « La République des faibles ») et Coline Gatel (prix du roman Kobo/Fnac 2018, autrice du « Labyrinthe des femmes » et des « Suppliciées du Rhône »).

Une visite Histoires Décalées, création de Nicolas Le Breton, en partenariat avec Quais du Polar.

Nous découvrons les quartiers des canuts, ces tisserands de la soie. Chaque halte est une excuse pour nos auteurs pour nous lire un extrait de leurs romans en rapport avec le lieu dans lequel nous nous trouvons.

La pluie nous accompagne gentiment pendant la première partie de cette balade. Mais attention, pas quelques gouttes….des trombes d’eau. Heureusement que j’avais prévu le K-Way, mais il n’empêche que j’ai très vite ressemblé à un cochon d’Inde passé dans une machine à laver….

Construit en 1825 par l’architecte Fargue selon le principe des galeries métalliques à verrière, le passage de l’Argue fut le premier et le dernier témoin lyonnais de ce type de rue couverte.

Le mot argue (qui provient du grec arguros signifiant « argent » en français) fait référence à un outil à filer l’or et l’argent pour le destiner aux tissus précieux, et désigne également par métonymie l’atelier du tireur d’or. Pour empêcher la contrefaçon, il y avait deux bureaux d’argent en France, l’un à Paris, l’autre à Lyon, lequel était situé dans la rue de la Monnaie, à proximité du passage de l’Argue.

Le Grand Hôtel-Dieu était l’un des plus anciens hôpitaux de Lyon. Au XIXe, cet établissement reçoit un nombre considérable de malades. L’Hôtel-Dieu est un centre actif de la chirurgie. D’éminents chirurgiens  font la réputation de l’établissement.

Nous voilà au bord du Rhône, où était situé la morgue flottante de Lyon.

Aménagement provisoire devenu pérenne, la morgue flottante de Lyon symbolise à elle seule toutes les contradictions d’une médecine légale lyonnaise devenue une référence avec Alexandre Lacassagne en dépit d’évidents archaïsmes. L’histoire de ce bâtiment débute avec l’arrêté préfectoral du 21 juin 1850 autorisant la municipalité à établir une morgue sur une platte, c’est-à-dire un bateau-lavoir, amarré sur la rive droite du Rhône en aval de l’Hôtel-Dieu. Il s’agit de pallier la fermeture en 1842 du dépôt mortuaire de l’église Saint-Paul suite aux plaintes répétées du voisinage. Seul subsiste alors le dépôt de l’Hôtel-Dieu, lui-aussi contesté car dépourvu d’appareil permettant d’arroser continuellement les corps. Au contraire, la nouvelle morgue permet l’installation aisée d’un système d’arrosage permanent. Ce moyen de conservation des corps, simple mais efficace, est défendu quelques années plus tôt par Alphonse Devergie pour la morgue de Paris. La première morgue lyonnaise connaît pourtant une courte durée de vie puisqu’une crue l’emporte dans la nuit du 21 au 22 août 1852.

Nous terminons notre périple devant l’ancien siège du journal Le Progrès, aujourd’hui occupé par la Fnac Bellecour. Une mosaïque RF, pour République Française, orne le bâtiment. Cet immeuble situé au 85 rue de la République a été imaginé par Émile Guimet pour en faire un théâtre.

J’ai adoré cette petite virée, un régal, malgré la pluie !

Retour sur les Quais pour voir les auteurs…et les lecteurs !

Claire FAVAN

J’aime écrire sur ce que j’aime lire et lire ce que j’aime écrire! J’aime jouer avec les codes du genre quand je suis du côté du clavier et que les auteurs me rendent la pareille quand je suis du côté du livre. Bref, la lectrice exigeante que je suis a donné naissance à l’auteur que je suis devenue.

Retrouvez mes chroniques de « Dompteur d’anges » et « Inexorable« .

Marin LEDUN

À l’abri de l’orage, je porte une cigarette à mes lèvres. L’air est chargé d’électricité. Une puissante odeur d’herbe coupée me parvient par intermittence. Le poing fermé sur mon briquet, je me repasse mentalement le fil des dernières décennies.

Caryl FEREY

QDP est le meilleur festival du monde, là où les lecteurs rencontrent le plus facilement les auteurs, les auteurs le plus facilement leurs copines/copains et les équipes qui les suivent, le tout dans la joie, l’alcool et les embrassades interdites jusqu’à pas d’heure. Personnellement, ça me suffit.

Je vous mets les liens vers mes chroniques de « Lëd » et « Paz« .

Jacky SCHWARTMANN

Écrivain, scénariste, grand admirateur de ceux qui organisent des braquages avec des armes factices, ceux qui montent des arnaques foireuses et vont jusqu’au bout, ceux qui pensent que la terre est plate ou que le PSG va remporter la ligue des Champions…

Voici mon retour de « Pension complète« .

Benjamin DIERSTEIN

Benjamin Dierstein aime les pavés, les histoires tordues, les films qui prennent aux tripes, les westerns, les musiques répétitives, les discussions avinées, le tabac sec, l’accent breton, la montagne à l’aube, et puis surtout les patates krign et le lard.

Nicolas FEUZ

  • Feuz, tu ne côtoies pas assez de morts dans ton boulot? Faut-il vraiment que tu en rajoutes sur le papier ?
  • Chef, tu m’as toujours dit que tu serais plus procureur que général, alors laisse-moi gérer ma vie de schizophrène comme je l’entends.

Thibault SOLANO

Le jour, je relate des affaires criminelles. Le soir, je les imagine. Je suis devenu journaliste pour raconter des histoires, j’ai écrit un roman pour en inventer. Ma spécialité est devenue mon inspiration. Et la fiction, mon espace de liberté.

Une dernière photo de famille, avec Stéphanie, Laurent et Zhora.

Direction la Chapelle de la Trinité où une conférence m’attend. Cette chapelle est la première chapelle baroque du XVIIème siècle réalisée à Lyon. Elle est absolument merveilleuse.

Conférence : LES ROUTARDS DU POLAR FRANÇAIS


Leur zone de confort, c’est d’être ailleurs. À eux quatre, ils nous ont mené aux quatre coins du monde, pour nous révéler d’autres vies que les nôtres.
Avec : Nicolas Beuglet, Sonja Delzongle, Mo Malø, Olivier Truc (France)

Heureusement que j’étais à l’abri dans la chapelle, car à ce moment-là, notre copine la pluie est arrivée, un véritable déluge s’est abattu, pour la énième fois du week end, sur nos auteurs….

Un tour au Palais de la Bourse, découvrir l’expo qui y est proposée.

Exposition l’Europe du polar


Depuis deux siècles, l’Europe est fascinée par le crime. Récits des bas-fonds et de détectives, romans policiers et séries télévisées ont ainsi circulé de la Méditerranée à l’Oural. Ils ont unifié les imaginaires au point de représenter l’un des ciments de notre identité européenne.
Avec comme point de départ la culture médiatique du XIXe siècle, notamment la vogue des mystères urbains, cette exposition présente en un parcours chronologique les étapes de la mondialisation de l’imaginaire du crime.

C’est vraiment étrange de découvrir le palais quasi vide. L’impression d’être dans une dimension parallèle.

Autre nouveauté, un salon de lecture. On peut y emprunter l’un des nombreux romans proposés et s’installer dans les fauteuils mis à disposition, pour bouquiner.

Il est temps de rejoindre le quai de la Saône pour une dernière rencontre, dans le bus des experts.

Bus des experts : De la scène de crime à la salle d’autopsie

avec Frasse Mikardsson (médecin légiste).

Sujet passionnant, je me suis placée au plus proche de l’intervenant, avide de boire ses paroles ! Inutile de vous dire que je n’en ai pas perdu une miette. La promenade dans Lyon ? Euh…..je ne sais même pas quel parcours nous avons fait !

Nous avons abordé tous les points importants de la médecine légale, entre l’examen de la scène de crime, du corps, des prélèvements, et de l’autopsie en elle-même. Ça vous étonne si je vous dis que j’ai envie de me lancer là-dedans ? Frasse nous a d’ailleurs confié que cette profession retrouvait depuis quelques années ses lettres de noblesse.

Les détails techniques mettant l’accent sur les rigidités et les lividités cadavériques étaient pointus et m’ont aidé à comprendre beaucoup de choses.

Une intervention vraiment au top !

Un dernier coucou au palais avant de partir pour la gare de la Part-Dieu….où Sonja Delzongle était là pour nous rappeler les bons moments passés aux Quais.

Voilà, les Quais s’achèvent. Une belle expérience pour moi. Les Quais ont su se renouveler et nous proposer trois jours intenses et en toute sécurité. L’avantage de cette formule : être dehors, découvrir des lieux de Lyon, qui est, je dois bien l’avouer, une ville magnifique.

Pouvoir rencontrer des auteurs à bord d’un bateau mouche, d’une péniche ou d’un bus à impériale, c’était sympa et insolite. Les organisateurs ont fait preuve de beaucoup d’imagination ! Ce dimanche, j’ai cavalé 12 km ! C’est bon pour la ligne lol.

Seul bémol : il fallait réserver les activités à l’avance, pas ou peu de place pour l’improvisation. Difficile aussi de rencontrer les lecteurs. On était tous dispatchés, avec Nelly et Gilberte, on s’est couru après tout le vendredi après midi !

Cette édition restera un très très bon souvenir, ça fait trop de bien de retrouver les salons !!! Bravo à toute l’équipe des Quais, les organisateurs, les bénévoles, les libraires, les auteurs, qui nous ont fait vibrer, comme toujours. Rendez-vous l’an prochain ?

4 réflexions sur “« Quais du Polar » 2 – 3 – 4 juillet Jour 3 : 4 juillet 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s