« Une bonne intention » de Solène BAKOWSKI

19225795_1510505682346537_7331330387216309020_n

Résumé :

« Tous passeront à côté du sacrifice de l’un, de la confiance aveugle de l’autre, tourneront
le dos à cet amour dingue, car c’est de ça qu’il s’agit, cet amour inconditionnel d’un
jeune homme pour une fillette qui écrivait des lettres, cet amour d’une petite fille pour le
jeune homme qui savait lui inventer des histoires. »

Mati a neuf ans. Elle a perdu sa maman. Son père s’enlise dans le deuil et sa grand-mère
s’efforce, à sa manière, de recoller les morceaux. Un soir, la petite ne rentre pas de l’école.
On imagine le pire, évidemment. Comment croire que tout, pourtant, partait d’une bonne intention ?

Mon avis :

J’ai découvert Solène avec « Un sac » que j’avais beaucoup aimé. C’est tout naturellement que je me suis lancée dans la lecture de son nouveau livre. Et quel livre !! Un concentré d’émotions.

On entre dans la vie de Mati, petite fille adorable qui tente de combler le vide laissé par sa maman qui s’est suicidé en lui écrivant des lettres au paradis. Premier round émotionnel, je suis à moitié KO.

Ensuite, on découvre Rémi, jeune adulte différent, diagnostiqué autiste, qui travaille à la Poste, et qui tombe par hasard sur les lettres de Mati pour sa maman. Il décide de lui répondre, de peindre un peu en rose la vie de Mati. Deuxième round, mes lèvres tremblent….

Lorsque ces deux écorchés de la vie se rencontrent, on part dans un road trip destiné à raccommoder leurs cœurs respectifs. Troisième round émotionnel. Uppercut reçu de plein fouet.

Les larmes pointent, il ne m’en faudra pas plus je pense. Aux 3/4 du livre, je n’ai plus le choix, les vannes s’ouvrent et ne se refermeront que longtemps après la fin de ma lecture.

Ecrit avec tellement de justesse, notre cœur palpite au rythme de celui de Mati. On a tellement envie d’absorber sa peine, de l’aider. J’ai l’impression d’être passé dans la machine à laver, essorage maximum. Je suis vidée. Comment peut on faire passer autant d’émotions juste avec des mots ??

Ce livre est un vrai coup de cœur. On ne s’ennuie pas une seconde, on se jette à corps perdu dans cette histoire qui imprègne chaque parcelle de notre corps et de notre cœur. Les personnages sont attachants, j’ai adoré Rémi, et son syndrome autistique qui le rend différent avec les autres, qui récite des codes postaux pour se calmer, maladroit, mais de tellement bonne intention…

On perd pied avec Karine, maman dépassée par les évènements, aux prises avec cette terrible maladie qu’est la dépression.

La grand mère, matriarche, qui commande toute sa descendance d’une poigne de fer, allant jusqu’à la folie pour éliminer l’intrus au milieu des siens.

Mati, que dire de toi, petite fille qui ne demande qu’à être heureuse, malmenée par la vie, gardant pourtant toujours l’espoir de l’impensable, particularité de l’insouciance de l’enfance.

Juste un conseil et non des moindres : prévoyez une bonne cargaison de mouchoirs, vous en aurez besoin ! Ah oui, et du temps devant vous, car une fois la première page tournée, faudra aller jusqu’au bout, vite, très vite….

2 réflexions sur “« Une bonne intention » de Solène BAKOWSKI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s