« Rue du rendez-vous » de Solène BAKOWSKI

Informations :

Titre : rue du rendez-vous

Auteur : Solène Bakowski

Éditeur : Plon

Nombre de pages : 384 pages

Format  et prix : broché 18 € / numérique 4,99 €

Date de publication : 20 mai 2021

Genre : littérature générale

Résumé :

Rien ne prédestinait Alice Beausoleil et Marcel Dambre à se rencontrer. Pour que le vieil homme ouvre sa porte à la jeune femme trempée, il aura fallu une grève des transports, un GPS capricieux et un terrible orage.
De leur tête-à-tête inattendu va naître ce qui ressemble à une seconde chance. Un nouveau rendez-vous avec l’existence, peu importe le temps qui reste…
Marcel, quatre-vingt-sept ans, vit rue du Rendez-Vous, reclus dans son atelier de bottier menacé par les bulldozers. Vendeuse en boulangerie, Alice offre son sourire à tous ceux qu’elle croise. En réalité, depuis deux ans, trois mois et quatre jours, en proie à une profonde tristesse, elle s’empêche de vivre.

À mesure que la pluie et les heures s’écoulent, le passé resurgit. Sous l’impulsion de la jeune femme qui l’écoute sans se dévoiler, Marcel raconte la guerre, sa carrière et son amour fou pour sa mère. Et s’il trouvait à son tour la clé pour délivrer Alice de son silence ?

Mon avis :

Le début de ce roman nous emmène aux origines. 1929, trois amies se rendent au bal du 14 juillet. Denise, 15 ans, remarque Ernest, un beau jeune homme séduisant. Ernest n’est qu’un coureur de jupon alors que Denise se croit amoureuse. Lorsqu’elle s’apercevra qu’elle est enceinte, c’est la catastrophe. Le petit Marcel déboule dans ce monde sans pitié, sans amour, puisque Denise, pas maternelle pour deux sous, va fuir, laissant le bébé aux bons soins de Georgette, la grand-mère du petit. Mon cœur de mère s’est serré avec ce premier chapitre. J’avais envie de prendre Marcel dans mes bras et de le réconforter.

Nous voici à Paris, de nos jours. C’est l’automne, Julien, conducteur de RER est violemment agressé sur son lieu de travail. Tous ses collègues font valoir leur droit de retrait, il en résulte une pagaille monstre pour les parisiens, plus de bus, plus de métro. Alice Beausoleil travaille dans une boulangerie, au cœur de Paris. Son sourire et sa gentillesse charment tous les clients habitués, que ce soit Avril, l’éboueur, Mlle Aristide, ou encore Maurice, le clochard du coin de la rue, pour qui Alice prépare toujours un petit paquet avec les viennoiseries de la veille. Ce soir-là, il pleut des cordes, Alice doit rentrer chez elle à pied, pas le choix avec la grève. Ce n’est pas la porte à côté ! Elle va devoir traverser la rue du rendez-vous, une rue glauque, sombre, qui lui fait peur. Une lumière dans un magasin de bottier en ruine l’attire. Elle se résous à frapper, elle est trempée, elle ne pourra pas arriver jusque chez elle avec cette pluie diluvienne.  C’est Marcel qui vit là, vous vous rappelez ? Il a 87 ans, et vit chichement dans le studio attenant à cette boutique qui a connu des jours meilleurs. Son chien pour seule compagnie.

Alice et Marcel vont papoter, se lier, et le vieux monsieur va se confier à elle, à son sourire. Une image m’est venue automatiquement : celle du Titanic, dans le film, lorsqu’on découvre ces fameuses double portes, noyées, brisées, couvertes d’algues et que d’un coup, elles retrouvent leur faste d’antan et que l’on se retrouve sur le Titanic avant le naufrage. Ben là, c’était pareil. La rue du rendez-vous est misérable, tout est délabré, il n’y a plus de vie, elle n’attend que les pelleteuses qui vont la rayer de la carte, et, grâce au récit de Marcel, elle redevient belle et fastueuse, avec ses boutiques, ses appartements, ses habitants qui la font vivre et respirer.

Marcel va raconter sa vie. Et pour le lecteur, le voyage dans le passé commence. Et quel voyage ! Je ne m’en suis pas encore remise. Ce roman, c’est un concentré d’émotions. J’ai eu l’impression de vivre réellement aux côtés des personnages. J’ai adoré Denise, Nini pour les intimes, finalement, elle était maternelle, à sa façon, sans le vouloir. Et terriblement attachante. Pétillante, elle vivait chaque seconde dans la joie et la bonne humeur, sans se retourner, et sans craindre le jugement d’autrui. Une belle leçon de vie.

Je vous préviens, une fois embarqué dans l’histoire, vous ne pourrez plus lâcher ce roman. Vous voudrez tout découvrir de la vie si enchantée de Marcel, mais aussi, vous voudrez savoir ce que cache Alice. Car derrière son sourire, la jeune femme porte un lourd fardeau. Marcel l’a bien compris, et il va tenter d’entrouvrir la porte pour aider Alice. Ces deux-là se sont bien trouvés. Une rencontre totalement due au hasard, mais qui va bouleverser leurs vies.

Solène n’a pas son pareil pour décrire les sentiments humains. Ce roman est une claque de douceur, de révolte, d’ambiance. Elle nous conte ces existences, la guerre, les joies, les peines de chacun, avec une plume absolument merveilleuse, bouleversante, élégante, terriblement vivante. Les larmes n’étaient jamais très loin.

C’est criant de vérité, on traine tous nos casseroles, on vit avec, parfois elles nous empêche de vivre pleinement. Ce passé que l’on rejette nous pourri l’existence. Il faut pourtant l’accepter, et avancer. Voilà le message hyper fort qui découle de ce récit. La réflexion est intense, la prise de conscience n’est pas seulement pour Alice ! Marcel guéri également le lecteur, croyez-moi !

J’ai passé un super moment de lecture, avec un petit coup de mou tout de même aux trois quart, lorsqu’il a fallu embrayer sur la vie d’Alice, alors que j’étais encore remplie du récit de Marcel, que j’avais envie de prolonger jusqu’à l’infini.

Un mot de la couverture, magnifique !

Je ne vous parle pas, délibérément, de la fin, je vous laisse la découvrir…

« Parce que tout ce qui est arrivé hier a donné naissance à ce qui arrive aujourd’hui. De tout ce qui arrive aujourd’hui découle ce qui arrivera demain. »

Je remercie les Éditions Plon et Solène pour cet envoi.

#RueDuRendezVous  #SolèneBakowski  #Plon

rue du rendez vous7716026167641443507..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : Solène est une valeur sûre pour moi. Je la suis les yeux fermés.

Auteur connu : je l’ai rencontrée à plusieurs reprises, vous pouvez retrouver mes chroniques de « Un sac » , « Une bonne intention » , « Miracle » et « Avec elle » – « Sans elle » co-écrit avec Amélie ANTOINE.

20180406_161938(0)

Quais du Polar 2018

solène et amélie

Quais du Polar 2019 avec Amélie Antoine

Émotions ressenties lors de la lecture : toutes les émotions m’ont traversée ! Un truc de fou !

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la plume de Solène, indéniablement, les personnages, leur histoire, la fin.

Une réflexion sur “« Rue du rendez-vous » de Solène BAKOWSKI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s